jeudi 6 novembre 2014

Vivons avant de mourir

La mort est pour vous la grande inconnue, celle qui clôturera votre chemin ici-bas et sera ainsi votre ultime interlocutrice. Certes, son énigme vous dépasse, vous impressionne, vous effraye parfois, mais vous ne ressentez pas le besoin de tout comprendre. Vous laissez à la mort sa part de mystère, bien trop occupé(e) pour le moment à profiter des bonheurs de la vie. Chaque chose en son temps pensez-vous. Et d'une certaine façon, vous avez bien raison. Le principal souci que vous avez avec la mort serait de ne pas avoir vécu et aimé suffisamment de choses et d'êtres avant que cette dernière ne vienne frapper à votre porte. Aussi, vous vous immergez autant que faire se peut dans votre présent. Et lorsque vous êtes confronté(e) à la mort d'un proche, vous vivez ce moment de deuil et de douleur en tant qu'être vivant : lui ou elle n'est plus là, vous si. Vos émotions s'expriment librement. Vous réalisez alors davantage que votre route n'est pas finie, et cette épreuve crée en vous le besoin presque viscéral de profiter encore plus de la vie. Ainsi, vous savez bien qu'un jour viendra votre tour : mais ayant intégré cette évidence, vous êtes à même de profiter du chemin sans vous demander comment sera la ligne d'arrivée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire