mercredi 29 octobre 2014

Dossier: Aux origines du pouvoir

« Les hommes nés sous le joug, puis nourris et élevés dans la servitude, sans regarder plus avant, se contentent de vivre comme ils sont nés et ne pensent point avoir d’autres biens ni d’autres droits que ceux qu’ils ont trouvés ; ils prennent pour leur état de nature l’état de leur naissance. » Ce qui n’était, chez Étienne de La Boétie, qu’une intuition est devenue, pour les archéologues du XXe siècle, une conviction : l’existence de riches et de pauvres, de gouvernants et de gouvernés n’est pas un fait de nature. Pendant des dizaines de milliers d’années, les sociétés humaines ont pratiqué l’égalité et refusé toute gouvernance autre que celles de l’âge et du sexe. Certains peuples, aujourd’hui encore, ont conservé cet état de choses. Pourquoi et comment la préhistoire puis l’histoire ont-elles permis qu’ailleurs émergent des personnages plus riches et puissants que les autres ? Pendant un demi-siècle, on a pensé que la roue du progrès, portant dans ses valises l’agriculture et la propriété, suffisait à justifier cela. Aujourd’hui, d’autres facteurs sont invoqués. Les uns mobilisent les contraintes de la démographie et de l’environnement. Les autres, les dynamiques propres des sociétés, où ont pu jouer l’intérêt économique et la dépendance, la force brute, les croyances et les idéologies. Ou bien tout cela à la fois… Pas loin de trente mille ans séparent les premiers signes d’inégalités parmi nos lointains ancêtres des cités-États du Proche-Orient. C’est en comparant les vestiges de cette histoire avec la large palette des sociétés plus ou moins égalitaires encore observables qu’archéologues et anthropologues peuvent espérer débrouiller cette question.

SOMMAIRE DU DOSSIER

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire