dimanche 21 décembre 2014

Guerre Economique Globale..

Dans la série Guerre Economique Globale... Voici l'Opération Socialist". Une infiltration d'envergure, menée par les cyberservices britanniques contre... la Belgique ! Terre d'infidèles terroristes s'il en est. Sauf que cette fois, et durant 5 ans, ce sont les téléphones et emails des fonctionnaires et élus européens qui furent sur écoute, par l'entremise de l'opérateur Belgacom. Vous avez dit "fair play" et "gentleman agreement" ? Pour Snowden, "il s'agit de la première cyberattaque documentée d'un État européen contre un autre État européen". Toutes coincidences avec les discussions du Traité Transatlantique de Libre Echange sont bien sur parfaitement fortuites !
---
"Nommé Operation Socialist, le piratage a été lancé dès 2008 par le Government Communications Headquarters (GCHQ) britannique et demeure le plus massif à ce jour contre les institutions de l'UE et les gouvernements de ses États membres."
(...)
Face au chiffrement des communications, les espions britanniques ont déployé Regin, un logiciel malveillant extraordinairement perfectionné. Cette arme de cyberguerre, la plus évoluée jamais découverte, semble avoir été développée avec l'aide de la toute-puissante agence nationale de sécurité américaine (NSA), le plus gros employeur mondial d'experts informatiques. Grâce aux données de navigation issues de Google, Facebook, LinkedIn ou encore Yahoo, les espions ont identifié des ingénieurs et des administrateurs système de Belgacom, et ont infecté leurs machines.
(...)
Puisqu'il se comporte comme un logiciel authentique de Microsoft, le code est resté invisible pendant des années, avant d'être mis au jour en 2013 et identifié en 2014 comme une "oeuvre" américano-britannique, aussi détectée en Russie, au Mexique, en Arabie saoudite, en Irlande, ou encore en Iran. Pendant des années, Regin a volé et transmis à ses maîtres toutes les télécommunications sensibles des institutions européennes (Commission et Parlement) et des délégations gouvernementales des États-membres, alors même que des négociations commerciales stratégiques avaient lieu entre l'UE et les États-Unis pour - entre autres - la signature d'un traité transatlantique de libre-échange. Appels téléphoniques, messages, documents : tout ce qui se disait à Bruxelles ou avec Bruxelles a été espionné.
(...)
L'intégralité ci-dessous
http://www.lepoint.fr/…/operation-socialist-la-cyberguerre-…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire