dimanche 7 décembre 2014

Les pauvres ne peuvent devenir une occasion de gain

François : « Les pauvres ne peuvent devenir une occasion de gain »

Le Pape François a reçu jeudi 4 décembre, salle Paul VI, la fédération des organismes chrétiens de service volontaire international, en prévision de la Journée internationale des volontaires du 5 décembre 2014. François a tenu à saluer le « service précieux » des membres de cette fédération, qui regroupe les organismes de volontariat d’inspiration chrétienne ; des volontaires mobilisés  au service de leurs frères souffrant de la faim et du « scandale de la guerre »
« Je vous remercie pour ce que vous faites, et pour la manière dont le faites ». Votre service auprès des hommes et femmes en difficultés est une image de « la tendresse du Christ » affirme le pape, et le volontaire doit, selon lui, témoigner de la valeur de la gratuité, en étant au service des pauvres, en étant attentifs à leurs aspirations, et en se mettant au service de ces aspirations, et non en en faisant une source de gain.
La solidarité avec les pauvres signifie penser et agir en termes de communauté, souligne le pape.  C’est aussi lutter contre les causes structurelles de la pauvreté que sont,  l’inégalité, le manque de travail, la négation des droits sociaux. Et le Pape de pointer une nouvelle fois le système économique dominant, une autre cause de la pauvreté. Un système qui n’épargne pas non plus la nature, et la saccage, regrette le Pape. « La création n’est pas une propriété », rappelle François,  « c’est un don merveilleux fait par Dieu, afin que nous en prenions soin, pour le bien de tous ».
Le Pape a également tenu à remercier le travail des volontaires au sein des camps de réfugiés, auprès des nombreuses victimes des affres de la guerre. Face à tant de personnes souffrantes, persécutées à cause de leur foi,  chassées de leurs maisons, de leurs terres, le disciple du Christ ne peut faire marche arrière, ni détourner le regard.mais doit au contraire porter cette humanité souffrante.
« Je pense également aux migrants et réfugiés », qui fuient des conditions de vie intenables, a encore ajouté le Pape. « Il est nécessaire que les institutions, ONG et mouvements ecclésiaux collaborent afin de promouvoir des parcours de cohabitation pacifique entre les personnes et les cultures, a insisté François. « les flux migratoires sollicitent des modalités d’accueil adéquates, qui ne laissent pas les migrants à la merci de bandes de trafiquants sans scrupules, avant de souhaiter une vraie collaboration entre les Etats, afin de gérer et réguler efficacement ces phénomènes.
Source : Radio Vatican le 4 décembre 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire