dimanche 26 juillet 2015

Code de l'éthique

Rappelons notre code de l’éthique :
. M'efforcer de mériter une bonne réputation dans l'exercice de mes activités, qu'elles soient professionnelles ou privées.
. Rechercher le succès mais par les moyens loyaux et honnêtes.
. Me rappeler qu'il n'est pas nécessaire pour réussir, de nuire aux autres ou de leur porter préjudice.
. Chaque fois que la correction de mes attitudes ou de mes actes est mise en doute, accepter de lever ce doute même au détriment de mes propres intérêts.
. Considérer que l'amitié est une fin et non un moyen
. Garder toujours présentes à l'esprit mes obligations envers la communauté à laquelle j'appartiens et lui consacrer d'une manière désintéressée le maximum de mes possibilités matérielles, intellectuelles et morales.
                
Ami(e)s Lions,
L’Homme est par nature évolutif.
La société évolue et change comme l’Homme (hommes et femmes) qui la constitue et la construit.
Ce sont les Valeurs et les Principes qu’il créera qui détermineront la société de demain par deux phénomènes contigus et complémentaires :
. par son action locale
. par sa contribution collective
Ainsi, l’évolution positive de la Société repose sur la prise de conscience de chaque individu et sur sa volonté d’y contribuer.
Tout cela ne peut se concrétiser qu’à travers une éthique :
. l’éthique personnelle
. l’éthique de groupe

Solidarité:
La Solidarité conduit l’Homme à se comporter comme s’il était directement confronté au problème des autres, sans quoi, c’est l’avenir du groupe, donc le sien, qui pourrait être compromis.
Nous, Lions, savons que notre perfectionnement commun, vient de nos échanges dans nos clubs : perfectionnement de nous-mêmes par l’action librement reçue des autres sur nous et perfectionnement des autres par notre réaction sur eux.
Aujourd’hui, sommes nous toujours dans cette démarche ?

Amitié :L’amitié nait de l’empathie et grandit jusqu’au dévouement, elle est faite de désintéressement basée sur la confiance mutuelle, la fidélité et sur une similitude d’aspirations.
Elle ne peut exister que dans un climat de tolérance, d’honnêteté, de bienveillance et parfois d’indulgence.
Aujourd’hui, sommes-nous assez vigilants à ces principes  ?
Une interrogation : ne parlons-nous pas trop d’humanitaire, d’organisations matérielles de manifestations au cours de nos réunions statutaires qui ne nous laissent plus de temps à mieux se connaître, s’apprécier ?
              
Certes, soyons des humanitaires.. mais soyons aussi et peut-être avant tout ….des humanistes.
Exprimons-nous dans nos Clubs si nous voulons survivre dans la société de demain, soyons source de propositions, soyons des exemples..

Ami(e)s Lions, pour une meilleure cohésion,. avez-vous réfléchi à un projet pour votre club ?
rappel : il doit être débattu et réalisé par l'ensemble des membres du club.
. prenez-vous suffisamment en compte les projets nationaux et internationaux pour assurer une cohérence au sein de notre mouvement.
(ne les oubliez pas… lors de la réalisation du projet de Club.)

Autre sujet d’importance : La Journée du Lionisme organisée tous les deux ans par le Conseil des Gouverneurs… la veille de la Convention nationale.
L’éthique et la prospective,  à ce jour, ne sont-elles prises en compte autrement que par une centaine de Lions participant à cette journée ?
           
Ne croyez-vous pas qu’il serait indispensable que tous les Lions y réfléchissent pour « nourrir ». les débats.
J’ai proposé lors de la réunion début septembre de la commission nationale Ethique  que le thème choisi pour Mai 2011  soit débattu, dès maintenant, dans les Clubs : la bioéthique
            (thèmes à développer)
. Les dons d’organes
. Assistance médicale à la procréation
. Les cellules souches et l’embryon
. Dépistage prénatal
. Questions posées à la génétique par la bioéthique (La discrimination, le droit à l’information, le droit de ne pas savoir, la médecine prédictive, l’identification génétique, problèmes éthiques de la thérapie génique)
. La recherche sur l’homme Question éthique posée : Le consentement, les personnes en situation de vulnérabilité, le placebo, les essais de la phase 1 en cancérologie,
. L’apport des neurosciences, Modifications extérieures du comportement par : les médicaments les électrochocs, etc,  la tentation de réduire l’humain à ce qu’en dit la médecine..

Si les interrogations éthiques concernant la médecine ne sont pas neuves, la bioéthique se distingue de la déontologie médicale classique, en ce que celle-ci constitue davantage un code éthique fondé par les médecins pour les médecins.
La bioéthique, au contraire, fait intervenir une pluralité d'acteurs et de disciplines (outre les médecins, biologistes et généticiens , les philosophes, juristes, sociologues théologiens. La bioéthique est une partie de l'éthique qui est apparue, en tant que « champ » ou « discipline » nouvelle, dans le courant des années 1960 et des interrogations au sujet du développement de la biomédecine et des technosciences.
Que de sujets passionnants à découvrir…et à développer.

Ami(e)s Lions,
Nous voyons que le lionisme peut et doit s’intégrer dans l’évolution de la société du XXIème siècle, puisque son rôle est bien de faire évoluer chacun de ses membres!

Nous sommes donc, si nous en avons la volonté, au cœur des transformations, porteuses de sens, de la société.

De nombreuses tentatives ont été faites…
Notre volonté a toujours souhaité tenir compte de la créativité foisonnante des membres, de rassembler les projets individuels vers un projet collectif.
(quelques exemples humanitaires et humanistes internationaux et nationaux: ex :  la Vue- Vacances Plein air….5000 enfants vivent leurs rêves - Lions Alzheimer  -  Enfants et Santé pour lutter contre les cancers de l’enfant et de l’adolescent) - la création du Groupe 2017 ayant pour but d’assurer un lien entre les lions des clubs et ceux, dans notre association, qui peuvent définir les principes directeurs de notre action.) - Sécurité Routière - etc…
….et faute de continuité…parfois que deviennent ces magnifiques projets..

Quel avenir, voulons-nous ?


Henri Laborit nous dit, dans l’éloge de la fuite : « Nous n’aurons pas d’avenir, si nous ne l’imaginons pas : il n’y aura qu’un perpétuel retour du passé, qui se transformera en subissant les lois implacables de la nécessité ». 

François Leduc

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire