dimanche 6 octobre 2013

Le dopage dans la course à la visibilité sur Internet

Le dopage dans la course à la visibilité sur InternetLe monde du cyclisme connaît très bien le problème du dopage, car de nombreux cyclistes professionnels se sont fait contrôlés positifs au cours des dernières courses cyclistes, notamment le cas de Lance Armstrong, récemment déchu de ses 7 titres de vainqueur du tour de France. Sur Internet, d’une manière différente, le dopage existe aussi et pose les mêmes problèmes d’éthique; sauf qu’en s’agissant de commerce on parle d’avantage de concurrence déloyale que de tromperie. Alors comment peut-on être contrôlé positif par Google ? Voici les explications.
A par le word wild web consortium (W3C), il n’y a pas vraiment de régulateur des standards d’Internet. Et encore le W3C ne fait qu’établir un standard pour un html commun. De par un manque de clarté de la loi, les moteurs de recherche posent chacun leur condition en établissant des consignes « de bonnes pratiques » plus ou moins précis des choses à faire ou ne pas faire. Si vous avez lu les guidelines de Google, vous comprendrez vite que la course à la visibilité est difficile et laborieuse si on s’en tient qu’à ce document. Mais la course à la visibilité, c’est quoi ?
C’est chercher à optimiser l’indexabilité de votre site en engageant une agence de référencement sur les moteurs, à embaucher un community manager pour fidéliser les visiteurs, à payer des pigistes pour la rédaction de votre contenu…bref un grand nombre de ressources pour obtenir du trafic et transformer les internautes en client ou futur client. Tous les acteurs du marketing en ligne cherchent la même choses que vous, un fort taux de visiteurs pour faire tourner leur boutique. Mais comme pour le cyclisme, n’y a t’il pas des moyens de doper votre visibilité sans éveiller les soupçons ? Et bien malheureusement oui mais voyons-les plus en détails

Et si Internet était faux ?

Acheter des fans, des followers

Quelques sites proposent des plateformes d’échange ou d’achat de followers sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter. Le principe est d’utiliser son compte pour Twitter ou Liker un page inconnue proposée en échange  qu’on fasse la même chose pour vous. Mais les valeurs d’échange ne sont pas de 100%, la plateforme ne se privent pas de réclamer 30% des échanges. Soit pour 10 de vos Tweet ou Like vers des purs inconnus, vous ne recevrez que 7 Tweet ou Like. Comment Google peut déceler la supercherie? Si les comptes sont réels et actifs, et hors délation, c’est quasiment mission impossible. Un moyen rapide d’avoir des followers en grand nombre. Par contre n’éspérez pas les convertir en visites, car ces followers-là ne s’intéressent pas forcément à vos contenus.
Site : LikeBaguette.

Échange de visiteurs

Là encore des sites fleurissent sur la toile pour proposer des échanges de visiteurs. Le principe est le même que les followers, la plateforme vous incite à visiter de sites de parfaits inconnus, et en échange vous proposez les pages de votre site que vous voulez faire visiter par les membres du site.
Site : Traffup.

Simuler des visiteurs

En créant un script, qui visite de manière aléatoire votre site, tout en changant d’adresse IP au passage pour faire croire à des individus différents. Cette technique a des limites, car à moins de louer des proxies français en grand nombre, il y a peu d’intérêt. 10 visiteurs par jour ne vont pas révolutionner votre positionnement.
Outil : Ubot.

Liens fictifs, liens achetés

Le référencement naturel passe par des liens pertinents sur des sources différentes, mais toujours autour principalement de votre thématique. Alors à moins de contacter directement vos concurrents et de leur demander un lien, l’envie peut être tentante d’aller acheter des liens sur des sites trustés. Ou d’échanger avec le premier venu qui vous le propose alors que les thématiques ne coïncident pas. Du coup, pourquoi ne pas acquérir un logiciel qui gère les demandes d’échange de liens de manière automatique ? la tentation est grande dès qu’on peut automatiser une tâche récurrente.
Idem pour les soumissions aux annuaires, de nombreux sites proposent des soumissions automatiques pour moins de 100€ à plus de 2000 sites. Mais avant de vous lancer, considérez qu’un lien peut être viable si le contenu source n’est pas dupliqué, et dans une soumission automatique c’est loin d’être le cas, même si on a recours à des spins.
Logiciel : Yooda Submit.

En conclusion

La course à la visibilité n’est pas égale pour tous les participants. Si vous respectez scrupuleusement les consignes de Google, vous aurez du mal à admettre que des sites dopés vous passent devant et squattent les premières places. Mais sachez que le dopage a ses revers, si le site dopé se fait prendre, il risque une pénalité qui va lui faire perdre sa visibilité.
Et pourquoi Google ne sait pas tout déceler ? Parce-que les black hats sont très créatifs et bien que Google trouve des parades, ils rebondissent et le devancent d’un coup d’avance. Mais jusqu’à quand ?





Catego

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire