lundi 16 décembre 2013

Quand les décideurs s’inspirent des moines : 9 principes pour donner du sens à votre action





Introduction :

La sagesse à laquelle les moines aspirent n’est pas faiblesse, elle donne au contraire une impression de force.
Sagesse, sérénité, rayonnement = une force immense qui inspire sans écraser.

Ce livre s’adresse aux dirigeants et managers qui cherchent à donner davantage de profondeur et d’impact à leur action en développant leur pratique spirituelle au quotidien.

L’auteur a retenu 9 principes de la vie monastique :

-          Que signifie ce principe pour les moines ?
-          Quel enseignement un décideur peut-il tirer de ce principe ?
-          Quelles actions concrètes peuvent être engagées pour donner vie à ce principe dans son entreprise ou dans son équipe ?



Chapitre 1 : Le défi de la vie des moines

Découvrir une formidable source d’inspiration pour les décideurs 

  • Développer au quotidien votre pratique spirituelle et donner du sens à votre action.
La pratique spirituelle est celle qui nourrit l’âme.



Chapitre 2 : La vie en communauté

Trouver davantage de sens en ajustant ses priorités 

La principale mission du chef spirituel d’une communauté est avant tout le développement spirituel de ses membres. L’autre vise à assurer le bon fonctionnement de la communauté, ce qui inclut les questions d’harmonie, de discipline et de respect des règles.
Cette dimension managériale conditionne la réussite ou l’échec de la première mission.

En considérant le développement des compétences de vos collaborateurs et l’harmonie dans votre entreprise ou votre équipe comme une priorité, votre engagement de décideur prend une nouvelle dimension et devient une source de sens.

  • Donner une plus grande importance au progrès de vos collaborateurs :

    • Le manager doit faciliter et encourager le développement des compétences de ses collaborateurs, c’est-à-dire le développement de chacun au plus haut de ses capacités en faisant appel au maximum de ses ressources.
Encourager l’étape de croissance personnelle et professionnelle intense de vos collaborateurs permet de créer une forte relation de confiance, d’améliorer l’efficacité de l’équipe et d’apporter un impact positif en termes de motivation d’équipe.

    • Prendre le temps régulièrement d’avoir des échanges, des conversations  professionnelles profondes avec vos collaborateurs concernant le développement de leurs compétences.
Quand une personne de votre équipe ne montre pas d’intérêt au développement de ses compétences, essayer de comprendre cette personne plus en profondeur en faisant attention à remplacer tout jugement par de la curiosité.


  • Porter davantage attention à l’harmonie :

    • Utiliser la communication non violente.
    • Désigner une personne qui jouera le rôle de « méta » (miroir – régulateur) dans les réunions d’équipe.


  • Richesse de travail d’un groupe : cela permet de partager son expérience personnelle tout en se laissant inspirer par celle des autres 

    • Créer ou rejoindre un groupe de décideurs qui placent leur pratique spirituelle et leur recherche de sens en haute priorité pour échanger, partager = développer l’authenticité dans les échanges



Chapitre 3 : Silence et solitude

Se nourrir de la solitude et du silence au cœur de l’action 

Les moines recherchent et protègent la solitude et le silence car ils s’en nourrissent.

En tant que dirigeant ou manager, vous connaissez aussi la solitude.
Si vous trouviez un moyen de transformer cette solitude pesante en une solitude nourrissante ?


  • Aménager des temps de solitude qui vous nourrissent  (ex : promenade dans un parc) :

    • Bien identifier vos valeurs clefs et régulièrement vérifier l’adéquation entre celles-ci et vos actions, vos décisions, vos paroles / créer une « to be list » des qualités à être, des valeurs à vivre.


  • Découvrir la richesse du silence et de l’économie de paroles :

    • Faire silence en soi-même : pauses de 10 mns pour calmer l’esprit.
    • Laisser quelques secondes de silence quand votre interlocuteur  a fini de s’exprimer pour lui laisser une chance d’ajouter une pensée ou une émotion.
    • Pratiquer l’économie de paroles dans un discours, une présentation : réduire à l’essentiel le message que vous voulez transmettre.



Chapitre 4 : Prière et méditation

Se recentrer régulièrement sur « l’essentiel derrière l’important »

Les moines passent souvent plus de temps à prier ou méditer qu’à toute autre activité, y compris dormir afin d’avancer, jour après jour, vers leur idéal spirituel. Ce sont des temps consacrés à l’essentiel qui demandent une vraie discipline.

Pour vous, dirigeant ou manager, aménager au quotidien des temps afin de vous tourner vers l’essentiel, au milieu d’une journée engagée dans l’action : ce recentrage au quotidien sur « l’essentiel derrière l’important » ne va pas compromettre votre capacité à agir mais au contraire la fortifier.


  • Prendre le temps de réfléchir sur ce qui est essentiel dans votre vie et sur ce qui est important :

    • Ecrire une liste de ce qui est important et de ce qui est essentiel.
    • Prendre conscience du pourcentage de temps consacré à l’essentiel et du pourcentage à l’important.
    • S’accorder du temps et prendre des moments de recul réguliers dans une journée pour se recentrer sur l’essentiel. Se recentrer régulièrement sur l’essentiel permet de trouver davantage de sens à sa vie et d’avoir un réel rayonnement qui donne envie aux autres de vous suivre dans vos projets.


  • Si ce recentrage vous parait essentiel, plusieurs rappels à l’essentiel par jour seront enrichissants:

    • Instaurer une certaine rigueur dans votre pratique en vous accordant dans la journée 4/5 pauses régulières pour vous recentrer sur l’essentiel (courte lecture profonde, méditation…)
    • Puis essayer d’introduire petit à petit ces moments de pratique spirituelle pendant les activités qui vous déplaisent ou créent des tensions en vous.



Chapitre 5 : Etude

Fortifier vos racines dans une sagesse qui vous donne du souffle

Les moines étudient chaque jour les textes sacrés : ils pratiquent une qualité de lecture qui nourrit l’âme (« lectio divina »).

Vous dirigeants et managers, pratiquez une lecture lente, profonde et régulière de textes qui vous touchent en profondeur, qui vous apportent un souffle, une inspiration et qui contribuent à fortifier vos racines dans l’essentiel, jour après jour.

  • Donner une place à la lecture régulière de textes courts porteurs d’un souffle, qui vous nourrissent :

    • Se créer un support de textes extraits d’ouvrages ou d’articles qui vous ont le plus marqué au cours des dernières années.
    • Privilégier pour ces textes une lecture lente, profonde et provocante qui en extrait tout le sens et la valeur :
      • la lenteur : assimiler lentement un texte court permet d’en extraire la saveur, un sens pour vous.
      • la répétition : permet l’approfondissement et apparait une nouvelle saveur.
      • l’entrée en dialogue avec le texte : se laisser interroger et provoquer par le texte, se placer par rapport au contexte dans lequel vous vous trouvez.
      • le questionnement sur la mise en application.



Chapitre 6 : Amour et compassion

Concilier la pratique de l’amour et la compassion avec la fermeté, pour atteindre une puissance qui inspire sans écraser

Les moines chrétiens aspirent à aimer Dieu, à élever cet amour au plus près de l’amour divin, ce qui signifie par conséquent aimer les autres hommes.
Les moines bouddhistes ont une quête en apparence plus introvertie, mais dans laquelle la compassion a une place tout à fait centrale.

Si cet idéal immense vous aspire, les exemples de ces chefs de communautés monastiques montrent qu’il est possible de pratiquer l’amour et la compassion en gardant une colonne vertébrale forte, tout en restant incisif et puissant quand nécessaire.


  • L’amour et la compassion combinés à la fermeté pour créer une puissance qui inspire :

    • Entrer en empathie tout en restant ferme.
    • S’affirmer tout en restant à l’écoute des besoins des autres :soyez « tough love ».
    • Attention au manque de temps disponible : « Too busy to love ! »







Chapitre 7 : Stabilité


Découvrir la saveur de la stabilité en la combinant avec une exigence permanente de progrès

Les moines sont très attachés à la stabilité : ils s’engagent à rester dans le même monastère, dans la même communauté, ils conservent les mêmes fonctions pendant de longues années, leur rythme de vie est stable.
Pour les moines, toutefois, stabilité rime avec progrès. C’est face à la stabilité du quotidien que naissent les tiraillements de l’ego, qui sont le terreau même du progrès spirituel.
Cette stabilité crée un espace de disponibilité nécessaire au progrès spirituel.

Instiller une dose de stabilité dans votre environnement sans cesse en mouvement (où tout s’oriente vers le futur et l’action) peut s’avérer être une richesse pour votre entreprise ou votre équipe, si elle est associée à une exigence forte de progrès.

« La stabilité est quelque chose de plus profond que de ne pas fuir le lieu où l’on se trouve. Cela signifie ne pas se fuir soi-même. » Esther de Waal

Dans l’entreprise, combinée à l’exigence de progrès, la stabilité s’avère précieuse dans trois dimensions :


  • Stabilité et progrès autour des valeurs essentielles de l’entreprise :

    • Un travail sur les valeurs conduit à une plus forte cohésion des équipes, renforce le sentiment d’appartenance à l’entreprise et au final favorise l’implication de chacun.
    • En quoi votre entreprise ou votre équipe n’est-elle pas suffisamment en harmonie avec ses valeurs ?
    • Comment pourrions être plus en accord avec nos valeurs dans les semaines ou les mois à venir ?
    • Proposer à un membre de l’équipe d’être le gardien d’une valeur particulière et
de jouer un rôle d’alerte.


  • Stabilité et progrès dans votre carrière :

    • Développer certaines qualités qui permettent de faire face à une situation embarrassante, difficile.
    • Apprendre à limiter ses propres désirs lorsqu’ils ont tendance à exiger que tout soit toujours pour le mieux : pratiquer l’acceptation qui permet de remettre l’ego à sa juste place et dissoudre nos tensions internes. L’acceptation d’une situation donnée vous procure une sérénité profonde qui vous permet de prendre ensuite des décisions plus justes et de donner une qualité différente à votre action.
    • Face à une situation vraiment insatisfaisante, commencer par prendre du recul pour identifier s’il existe des possibilités de croissance personnelle ou spirituelle. Si la réponse est négative (face à des comportements manipulateurs, destructeurs…), il reste à prendre la décision de s’éloigner de cette situation en changeant de poste ou d’entreprise.


  • Offre de stabilité et exigence de progrès avec vos collaborateurs :

    • Offre de stabilité : « Vous avez pleinement votre place dans notre société et nous sommes prêts à vous soutenir si vous rencontrez des difficultés dans votre poste ».
    • Exigence de croissance : « En même temps, nous exigeons que vous continuiez à progresser. Pour cela aussi vous aurez notre soutien. Mais sans cette attention à vos progrès, notre collaboration perdra son sens ».
    • Si encouragement constant au progrès mais pas assez de stabilité --) vos collaborateurs peuvent souffrir de tensions excessives, de fatigue et se décourager. Envisager peut-être un travail structuré sur les valeurs de l’entreprise.
    • Si forte stabilité mais peu d’encouragement au progrès --) vos collaborateurs les plus talentueux peuvent s’ennuyer, et chercher un environnement plus stimulant. Favoriser une atmosphère propice à l’enthousiasme et à la créativité.



Chapitre 8 : L’obéissance

Transformer l’obéissance en facteur de progrès

Le vœu d’obéissance des moines repose sur une réalité : le travail spirituel est un art.
Tout comme un apprenti s’en remet au maître pour le développement de son art, le moine fait  confiance à son chef spirituel pour le guider avec justesse, dans son cheminement où les pièges sont nombreux.
L’obéissance, qui est finalement une écoute attentive, une écoute  de ce qui est « plus grand que soi », plus grand que sa volonté propre, et qui amène à un sentiment de libération et de joie. C’est pour les moines un facteur de progrès spirituel.

Ce facteur de progrès est à la disposition de tous, même des décideurs.
Un travail avec un maître spirituel est la voie de progrès la plus sûre, mais apprendre à écouter votre intuition profonde y contribue aussi grandement. L’intuition profonde parle avec force et n’hésite pas à bousculer.


  • Dépasser la tyrannie de l’ego et le mettre à sa juste place :

L’obéissance la plus exigeante, pourtant la moins visible, est celle due à l’ego, défini comme cette force qui se forme dans les premières années de la vie et qui depuis, ne cesse de vouloir, de désirer, de comparer et de juger.
Un ego trop présent comprime vos aspirations spirituelles profondes.
Mettre l’ego à sa juste place permet à vos actions d’être de plus grande qualité : elles ne sont plus des réactions quasi-automatiques aux exigences de votre ego mais gagnent en profondeur (prise de recul) et justesse.

  • Développer votre intuition profonde comme maître intérieur :

Une première approche de l’intuition en fait une source d’idées qui surgissent en dehors de toute démarche active de réflexion.
L’intuition profonde est source de sagesse. C’est cette voix de sagesse en chacun  qui, disponible à tout moment, connaît avec précision ce que notre croissance spirituelle exige dans une situation particulière.
La voix de l’intuition profonde a une force et une clarté qui tranche radicalement avec la voix du mental.

    • Laisser une place à votre intuition profonde vous permettra de garder le cap sur ce qui est vraiment essentiel dans votre vie.
    • Utiliser votre intuition favorisera votre créativité et votre audace : elle est un lieu d’innovation.


  • Intuition et raisonnement (souvent infiltré par l’ego):

    • Bien dissocier ce qui est intuition profond et jeu de l’ego.
    • Etre vigilant aux différentes étapes du travail sur l’intuition profonde :
      •  apprendre à calmer son esprit pour laisser de l’espace à l’intuition
      • se mettre à l’écoute des messages de l’intuition
      • interpréter ces messages
      • les messages de l’intuition profonde sont clairs et souvent incisifs mais parfois difficilement compréhensibles d’emblée et souvent dérangeants (car ils peuvent s’opposer frontalement aux raisonnements et aux projets construits par l’ego). Ils s’accompagnent souvent d’un grand calme intérieur.


  • Travailler avec un maître spirituel :

    • Un maître spirituel authentique est détaché dans la relation à son disciple --) grand sentiment de liberté face à ce maître.
    • Ses paroles vous touchent en profondeur et justesse, entrent en intense  résonnance spirituelle.



Chapitre 9 : Pauvreté

Faire de la sobriété une source de sens, pour vous comme pour votre entreprise

Les moines perçoivent l’accumulation de richesse comme un obstacle majeur au progrès spirituel en créent de multiples interférences ; d’où leur choix fondamental de ne rien posséder. Ils donnent priorité absolue au développement spirituel.

Malgré cette opposition frontale, diriger une entreprise en se laissant inspirer par l’esprit de pauvreté des moines peut avoir un vrai sens. Il indique une voie où la création de richesses est parfaitement légitime, quand elle s’allie à un souci de sobriété et une attention accrue à un partage qui vous apporte du sens, à vous et à votre équipe.


  • Se recentrer régulièrement pour développer des solutions créatives à vos problèmes :

Chaque problème, chaque interférence peut être envisagée comme une occasion de pratiquer le retour à vous-même, d’identifier l’essentiel dissimulé par l’important.

    • Se recentrer permet de trouver des solutions créatives car l’espace intérieur auquel vous pouvez accéder à tout moment est un lieu de créativité formidable.


  • Prendre de la distance avec l’obsession de la croissance et de la profitabilité maximales :

    • Voir quel est le niveau de croissance et de rentabilité dont mon entreprise a réellement besoin ?
    • Voir si vous avez tendance à viser systématiquement une croissance et une profitabilité plus élevée ? Si oui, quelles en sont les conséquences positives ou négatives  (tensions, qualité de vie, manque de disponibilité spirituelle, déficit de sens) ?
    • Cette recherche de croissance et de profitabilité maximale a-t-elle un vrai sens pour vous ou vient-elle essentiellement satisfaire votre ego ?
    • Viser une croissance ou une profitabilité un peu moins ambitieuse, si l’environnement concurrentiel le permet, pour rééquilibrer l’orientation de l’entreprise vers ce qui donne plus de sens à ceux qui y contribuent.
D’autres façons de stimuler la créativité et l’enthousiasme des collaborateurs existent, comme renforcer l’innovation, la qualité des produits ou la contribution sociale et environnementale.
    • Ne pas uniquement voir votre entreprise en terme de croissance et de profitabilité mais développer la « Triple bottom line » : essayer de mettre au même niveau de priorité le profit (Profits), le bien-être des collaborateurs (People) et la protection de l’environnement (Planet).


  • Trouver une satisfaction profonde et davantage de sens en imaginant un partage innovant de vos revenus :

    • Partager selon votre personnalité et vos valeurs : partager vos revenus, vos profits, votre capital  « au-delà du superflu nécessaire » avec des organismes, des associations ou des initiatives que vous avez envie de soutenir et qui sont au service de vos valeurs.







Chapitre 10 : Hospitalité


Enrichir votre équipe et votre entreprise en pratiquant une hospitalité réaliste

L’hospitalité figure parmi les principes fondateurs de nombreuses communautés monastiques. Elle doit être offerte à toute personne, quels que soient ses moyens financiers car tout visiteur a une valeur spirituelle égale.

Plus encore que sa dimension logistique et financière, l’hospitalité est un défi quant à la disponibilité d’esprit qu’elle requiert. Elle peut être vécue concrètement sans mettre en danger votre entreprise, et même en l’enrichissant.




  • Les deux dimensions du principe d’hospitalité monastique :

    • Permettre aux visiteurs de s’y ressourcer.
    • Dégager du temps pour échanger avec les visiteurs qui le demandent = se rendre disponible pour le dialogue.


  • Se laisser inspirer par l’hospitalité monastique :

    • Donner une chance à des profils différents mais en vérifiant que la personne partage les valeurs de l’entreprise et en précisant avec le plus de précision possible le nouveau filtre.
    • Ecouter au-delà de la recherche logique de solutions :
      • développer l’écoute profonde au-delà de « l’écoute utile » orientée vers la recherche de solutions (apporter une dimension émotionnelle).
      • adopter une écoute attentive de vos collaborateurs, faites leur comprendre que vous avez entendu ce qu’ils disaient mais ne donnez pas systématiquement de réponse.
    • Partager votre expérience de décideurs avec de jeunes talents.


Conclusion:

Se libérer du temps, de l’énergie et développer une ouverture à la pratique spirituelle permet de se recentrer sur des objectifs autres que la croissance et la profitabilité pour donner plus de sens et plus de plaisir à nos actions (et laisser une place à nos besoins non couverts).
Etre en accord avec nos valeurs permet de vivre davantage dans la joie et la sérénité.
Votre pratique peut créer dans votre équipe une dynamique vers davantage de sens et de sérénité.
Soyez inspirant ! « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ! »




Exercices :


  • Méditation : c’est se placer en observation de son esprit

    • Assis
    • En marchant
    • Méditation sur l’acceptation
    • Les gathas (petits poèmes)

  • La visualisation :

    • Images positives qui donnent confiance et stimulent votre créativité
    • Y associer les autres sens (ouïe, toucher, odorat) pour plus d’efficacité
    • Visualisation sur l’intuition

  • La technique de l’ancrage

Aucun commentaire:

Publier un commentaire