samedi 21 janvier 2012

Ce qu'on pense de Sarkozy à l'étranger

Sarkozy n'a décidément pas de chance avec les étrangers. De l'Irlande à la Chine, en passant par les Etats-Unis et la Russie, on s'agace, on s'énerve, ou on s'amuse de notre hyper-président, de son attirance pour les projecteurs, de son obnubilation à tout ramener à lui, et de sa capacité à... "avoir la parole plus rapide que la pensée". Et maleureusement, ces étrangers-là ne sont pas expulsables !

Les bourdes de Sarkozy vues de l'étranger

Sarkozy "totalement imprévisible"

La presse britannique s'est alarmée, début avril, d'un courriel fort peu diplomatique, bien qu'adressé par une diplomate britannique en poste à Dublin à sa hiérarchie. Et pour cause... cet email révélait que le gouvernement irlandais avait choisi d'avancer la date du référendum sur le Traité Européen pour... éviter la présidence française, jugeant Nicolas Sarkozy "totalement imprévisible" ! Ils craignaient en fait que le président français ne lâche quelques bourdes, qui auraient pu braquer les électeurs irlandais. Nicolas Sarkozy... des bourdes ? Ou bien...

Des "énormités" ?

Suite à la visite de Nicolas Sarkozy au Canada, à la mi-octobre, les critiques ont fusé. L'ancien Premier ministre Jacques Parizeau a vivement réagi aux déclarations faites sur place par le président français, les qualifiant d'"énormités". "J'ai de la misère avec Sarkozy. Le gars est énergique, mais je trouve qu'il est parfois épars. Tout cela manque de cohérence", a ajouté le maire de Québec, Régis Labeaume. Entre autres...

Medevedev imite Sarkozy et s'en moque !

Lors de la conférence de presse suivant le conseil des relations étrangères du 16 novembre, le Président russe Dmitri Medvedev s'est lancé dans une imitation assez cocasse de l'agité Sarkozy. Evoquant tout d'abord l'attirance de Sarkozy pour les projecteurs, il s'est ensuite mis à mouliner des bras, tentant d'imiter notre président. Mais, n'en déplaise au président russe, Nicolas Sarkozy est "i-ni-mi-ta-ble" !

Levée de boucliers... antimissiles contre Sarkozy à "la parole plus rapide que la pensée " !

La sortie de Sarkozy sur le bouclier antimissile américain, que Tchèques et Polonais souhaitent accueillir sur leur territoire, a fait des vagues. Le 14 novembre, il avait en effet déclaré que ces "menaces de bouclier, ça ne sert à rien" estimant que l'attirail militaire en question n'amenait "rien à la sécurité", et demandant à ce que le projet soit gelé.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Tchèques et Polonais ont rapidement remis les pendules à l'heure : "c'était Sarkozy dans le rôle de Sarkozy, attaché à des grandes déclarations et à trouver une place dans l'Histoire, ouvrant la bouche avant que les diplomates n'aient réfléchi" (Rue89). Le vice-premier ministre tchèque, Alexandr Vondra, ainsi que l'ancien président Vaclav Havel se sont tous deux déclarés "inquiets" et "surpris" par ces déclarations. Le premier demandant de surcroit "un peu de respect" au président français, le second raillant sa capacité à "avoir la parole plus rapide que la pensée". Et le premier ministre polonais, Donald Tusk, estimait, lui, que "le point de vue" de Nicolas Sarkozy n'aurait "aucun impact sur l'avenir du projet". Lech Walesa dans le Corriere della Sera qualifiait simplement l'opinion du président d'"erreur technique". Du côté américain, la Maison Blanche avouait sa "perplexité" devant ces déclarations.

Devant cette levée de... boucliers, Nicolas Sarkozy n'a pas eu d'autre possibilité que de faire machine arrière. Finalement, "nos amis tchèques, nos amis polonais sont souverains dans leur pays" a-t-il déclaré, ajoutant que le dispositif peut être un "utile complément" face à la menace de missiles "venus d'ailleurs, par exemple d'Iran". En contradiction flagrante avec les positions officielles américaines et européennes. Tant pis...

Au G20, Sarkozy essayait de "réécrire le monde selon Sarkozy"

Aux Etats-Unis aussi, on s'agace aussi de voir Sarkozy ramener systématiquement les affaires de ce monde à sa propre personne. Rapportés par le Washington Post et l'International Herald Tribune, les propos de hauts personnages de la finance et des gouvernements US et canadiens sont sans états d'âme. Selon un observateur, "chacun à la table [du G20] essayait de trouver un terrain d'entente, et Sarkozy était là à essayer de réécrire le monde selon Sarkozy. Ça ne faisait rien avancer". Et Simon Johnson, ancien économiste du FMI, en rajoute une couche : "Il dit que les Etats-Unis ont accepté tout un lot de négociations sur des régulations. Mais en réalité, il est arrivé les mains vides et rien de tout cela n'a été abordé". Ah ?

Avec l'Allemagne, le Luxembourg, la Chine, ..., rien ne va plus

Angela Merkel ne supporte plus les prises de parole impromptues de Nicolas Sarkozy. Elle s'oppose de plus en plus frontalement et systématiquement aux positions du président de l'Union Européenne. Et ce n'est pas la dernière déclaration tonitruante de Sarkozy qui arrangera les choses : "La France travaille, l'Allemagne réfléchit" a-t-il déclaré un brin narquois à la sortie du sommet de lundi dernier. La raison d'une telle déclaration ? Merkel n'est pas d'accord avec lui sur le plan de relance de l'économie... Ça ne s'invente pas. Jean-Claude Juncker aussi - parmi d'autres - est en froid avec notre président, qui n'a pas apprécié ses sorties sur les paradis fiscaux, pas plus que sa volonté de prolonger son mandat à la tête de l'Union Européenne jusqu'en 2010. La Chine ? Elle se révolte à chaque hypothèse de rencontre avec le dalaï-lama. Curieusement, un grand nombre de responsables européens et mondiaux l'ont déjà rencontré, ce moine. Certes, quelques déclarations gênées ont suivi en provenance de la Chine, mais sans plus. Par contre, avec Sarkozy, ça ne passe pas ! Etonnant...

Etonnant aussi que, devant ce déferlement de narquoiseries, Nicolas Sarkozy ne porte pas plainte...


Quand Medvedev imite Sarkozy par bakchichinfo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire