samedi 23 février 2013

Tapisserie de L’Apocalypse d’Angers

Chef-d’œuvre de la tapisserie médiévale
La liturgie céleste
La Jérusalem nouvelle et l’origine de la Tapisserie
JPEG - 54.1 ko
Tapisserie de l’Apocalypse. Musée du Châteu d’Angers
Le salut est donné par notre Dieu, lui qui siège sur le trône, et par l’Agneau !
Amen ! Louange, gloire, sagesse et action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu, pour les siècles des siècles ! Amen !
Il est possible, à l’adresse du site suivant de trouver quelques articles sur :
- L’Apocalypse dans l’Art,
- Le texte intégral de l’Apocalypse illustré par la Tapisserie d’Angers,
- Une synthèse sur la préssentation de La Tapisserie d’Angers
http://architecture.relig.free.fr/a...
Quelques images afin d’avoir un aperçu du site :
JPEG - 43.9 ko
L’Apparition du Christ. L’Apocalypse d’Angers, Tapisserie.
Apocalypse 1, 9-20.
Révélation de Jésus Christ : Dieu la lui donna pour montrer à ses serviteurs ce qui doit arriver bientôt ; Il envoya son Ange pour la faire connaître à Jean son serviteur, lequel a attesté la Parole de Dieu et le témoignage de Jésus Christ : toutes ses visions.
Heureux le lecteur et les auditeurs de ces paroles prophétiques s’ils en retiennent le contenu, car le Temps est proche ! Jean, aux sept Eglises d’Asie. Grâce et paix vous soient données par "Il est, Il était et Il vient", par les sept Esprits présents devant son trône, et par Jésus Christ, le témoin fidèle, le Premier-né d’entre les morts, le Prince des rois de la terre. Il nous aime et nous a lavés de nos péchés par son sang, il a fait de nous une Royauté de Prêtres, pour son Dieu et Père : à lui donc la gloire et la puissance pour les siècles des siècles. Amen. Voici, il vient avec les nuées ; chacun le verra, même ceux qui l’ont transpercé, et sur lui se lamenteront toutes les races de la terre. Oui, Amen ! Je suis l’Alpha et l’Oméga, dit le Seigneur Dieu, "Il est, Il était et Il vient", le Maître-de-tout.
Moi, Jean, votre frère et votre compagnon dans l’épreuve, la royauté et la constance, en Jésus. Je me trouvais dans l’île de Patmos, à cause de la Parole de Dieu et du témoignage de Jésus. Je tombai en extase, le jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix clamer, comme une trompette : "Ce que tu vois, écris-le dans un livre pour l’envoyer aux sept Eglises : à Ephèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée."
- Je me retournai pour regarder la voix qui me parlait ; et m’étant retourné, je vis sept candélabres d’or, et, au milieu des candélabres, comme un Fils d’homme revêtu d’une longue robe serrée à la taille par une ceinture en or. Sa tête, avec ses cheveux blancs, est comme de la laine blanche, comme de la neige, ses yeux comme une flamme ardente, ses pieds pareils à de l’airain précieux que l’on aurait purifié au creuset, sa voix comme la voix des grandes eaux. Dans sa main droite il a sept étoiles, et de sa bouche sort une épée acérée, à double tranchant ; et son visage, c’est comme le soleil qui brille dans tout son éclat. A sa vue, je tombai à ses pieds, comme mort ;
mais il posa sur moi sa main droite en disant : "Ne crains pas, je suis le Premier et le Dernier, le Vivant ; je fus mort, et me voici vivant pour les siècles des siècles, détenant la clef de la Mort et de l’Hadès. Ecris donc ce que tu as vu : le présent et ce qui doit arriver plus tard. Quant au mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite et des sept candélabres d’or, le voici : les sept étoiles sont les Anges des sept Eglises ; et les sept candélabres sont les sept Eglises."
JPEG - 51.7 ko
Tapisserie d’Angers. "Prends le livre et mange-le".
Apocalypse 10, 8-11
« Puis la voix du ciel, que j’avais entendue, me parla de nouveau : "Va prendre le petit livre ouvert dans la main de l’Ange debout sur la mer et sur la terre." Je m’en fus alors prier l’Ange de me donner le petit livre ; et lui me dit : tiens, mange-le ; il te remplira les entrailles d’amertume, mais en ta bouche il aura la douceur du miel." "Je pris le petit livre de la main de l’Ange et l’avalai ; dans ma bouche, il avait la douceur du miel, mais quand je l’eus mangé, il remplit mes entrailles d’amertume. Alors on me dit : "Il te faut de nouveau prophétiser contre une foule de peuples, de nations, de langues et de rois." »
JPEG - 41 ko
Tapisserie : L’Apocalypse d’Angers. La Femme et le dragon.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire