lundi 6 octobre 2014

Les archétypes


L’âme du nouveau-né est prédéterminée par l’hérédité. Elle est pleine, individualisée.
Définition de l’archétype :
Ce sont des images que la raison admet généralement comme étant sans valeur. On peut les utiliser dans diverses formes d’expression, tels que l’art, la spéculation philosophique, la spéculation quasi religieuse. Les archétypes sont des forces vitales. Ils doivent être pris au sérieux car ils protègent et sauvent. Les enfreindre entraîne des névroses, « des périls de l’âme », bien connus des peuples primitifs. Ils sont des symboles vivants : plus le symbole est archaïque et profond, c’est-à-dire plus il est physiologique, plus il devient collectif et universel, matériel.
La vie du Christ est archétypique. Elle représente un modèle pour les Chrétiens, toujours vivant. Elle est reliée à la vie secrète et inconsciente de chacun. Le Dieu fait homme est parlant par son histoire et celles de ses paraboles. Un symbole actif est inattaquable. Les Dieux païens sont aussi des archétypes de l’inconscient.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire