mercredi 6 août 2014

Ebola: interrogations autour d'un traitement secret aux Etats-Unis

Le médecin et l'aide-soignante américains, qui avaient contracté le virus au Liberia, seraient en voie de guérison grâce la prise d'un sérum secret, affirme la chaîne américaine CNN.


Microscopie électronique en transmission d'un virus Ebola (Cynthia Goldsmith - Wikimedia - CC )
Microscopie électronique en transmission d'un virus Ebola (Cynthia Goldsmith - Wikimedia - CC )
En à peine quatre jours, l'état de santé de Kent Brantly, le médecin américain infecté en Afrique par le virus Ebola, "paraît s'améliorer", a indiqué lundi le directeur des Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies. Alors que le virus est décrit comme dévastateur et invincible, s'agirait-il d'un miracle?

Pas vraiment, si l'on en croit les informations obtenues par la chaîne américaine CNN. L'homme ainsi que l’aide-soignante Nancy Writebol, également touchée par la maladie, auraient en fait testé un sérum secret qui se serait avéré efficace.

Des cellules de souris infectée

C'est une agence gouvernementale de recherche médicale aux Etats-Unis qui aurait contacté l'ONG pour laquelle travaillent les deux Américains afin de leur proposer un traitement expérimental contre le virus Ebola, le ZMapp, développé par la firme de biotechnologie Mapp Biopharmaceutical Inc. Jusqu'à présent, le sérum n'avait jamais été testé sur des humains, uniquement sur des singes.

Mais les résultats se sont montrés très encourageants puisque les quatre primates infectés auraient survécu après avoir reçu une dose de sérum, un anticorps développé à partir de cellules de souris infectée. Informés des risques encourus, Kent Brantly et Nancy Writebol auraient quand même accepté de tenter "le tout pour le tout". Un risque qui leur aurait sauvé la vie, et qui sait, sauvera peut-être celle de milliers de personnes atteintes du virus Ebola.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire