samedi 11 janvier 2014

Après un AVC, elle ne sait plus lire, mais arrive toujours à écrire ! lire

lire
Les mécanismes du cerveau humain sont décidément passionnants. La preuve en est une fois encore avec cette incroyable histoire : une femme ayant été victime d’un AVC traîne une séquelle très gênante : elle ne peut plus lire. Par contre, elle est toujours… en mesure d’écrire !
Relayée dans la revue Neurology, l’histoire de cette institutrice américaine de 40 ans n’est pas commune : un jour d’octobre 2012, alors qu’elle se prépare à faire l’appel dans sa classe, elle se rend compte qu’elle est incapable de lire la feuille des noms, qu’elle lit pourtant tous les matins depuis des années. Pour elle, ce ne sont plus des lettres qui apparaissent, mais des sortes de hiéroglyphes, impossibles à déchiffrer.
Les 2 jours ayant suivi, elle fait face à de nouvelles difficultés : elle n’arrive par exemple plus à déchiffrer l’heure, a du mal à trouver ses mots. La raison ? Cette femme a été victime d’un AVC mineur, et ne s’en est pas rendue compte. Après s’être rendue à l’hôpital, on lui apprend qu’elle est victime d’un syndrome rare : l’alexie. Son gyrus occipito-temporal s’est pour ainsi dire « déconnecté », ce qui signifie qu’elle ne peut plus lire, mais peut toujours écrire (elle n’est donc pas victime d’agraphie), et comprendre les mots parlés.
Depuis, elle a tenté d’apprendre à lire à nouveau, en utilisant des techniques d’apprentissage variées. Sans succès. Néanmoins, elle semble avoir trouvé une méthode, certes approximative, mais utile : elle va réussir à déchiffrer les mots lettre par lettre en traçant les forms des lettres à l’aide de ses doigts. En entendant un mot (le mot « mother », par exemple), l’institutrice va se focaliser sur sa première lettre, qu’elle est pourtant incapable de reconnaître, et va placer son doigt sur la lettre, et tracer une à une les lettres de l’alphabet jusqu’à tomber sur la bonne lettre. 3 lettres plus tard, elle va deviner le mot : « le mot est maman », s’écrit-elle alors. Malheureusement pour elle, cette femme ne pourra plus jamais lire de manière fluide, et elle ne peut reconnaître certains mots : en voyant le mot « dessert », elle va dire « oh, j’aime ça ! ». En voyant le mot « asperge », elle ne va pas être en mesure de l’identifier : « Je ne comprends pas ce mot. Quelque chose m’agace à son sujet ! ».
Elle devrait prochainement publier ses mémoires, si jamais son cas vous intéresse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire