dimanche 2 février 2014

Citoyen Européen en 2023

Etymologie : du latin civis, celui qui a droit de cité, citoyen.

Historiquement, un citoyen est un membre d’une cité-Etat grecque, disposant du droit de suffrage dans les assemblées publiques. Il participe aux décisions de la cité relatives aux lois, à la guerre, à la justice, à l'administration...

Pendant la Révolution française, le terme "citoyen" a été réutilisé par opposition au "sujet" (du roi). Il permet de désigner tout homme sans notion de hiérarchie, par opposition à la Noblesse. A noter que, durant cette période, les termes "citoyen" et "citoyenne" ont été utilisés pour remplacer "monsieur", "madame" et "mademoiselle".

De nos jours, un citoyen est une personne qui relève de la protection et de l'autorité d'un Etat, dont il est un ressortissant. Il bénéficie des droits civiques et politiques et doit accomplir des devoirs envers l'Etat (ex : payer les impôts, respecter les lois, remplir ses devoirs militaires, être juré de Cour d'assises...).

La qualité de citoyen est liée à l'obtention de la nationalité par filiation, par la naturalisation ou par option. Il faut également être majeur.

L'expression "Citoyen du monde" désigne une personne qui proclame son attachement à l'ensemble de l'humanité et qui refuse les frontières entre les nations.

L'Union européenne (UE)Note 3 est une association sui generis de vingt-sept États européens qui délèguent par traité l'exercice de certaines compétences à des organes communs. Elle s'étend sur un territoire de 4 376 780 km2, est peuplée de 503,7 millions d'habitants et est la première puissance économique mondiale4.

L'Union européenne est régie par le Traité sur l'Union européenne (TUE) et le Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), dans leurs versions actuelles, depuis le 1er décembre 2009 et l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne. Sa structure institutionnelle est en partie supranationale, en partie intergouvernementale : le Parlement européen est élu au suffrage universel direct, tandis que le Conseil européen et le Conseil des ministres sont composés de représentants des États membres ; la Commission européenne est élue par le Parlement sur proposition du Conseil européen. La Cour de justice est chargée de veiller à l'application du droit de l'UE.

L'acte fondateur de l'Union européenne est la déclaration du 9 mai 1950 de Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères. Sous l'impulsion de personnalités politiques surnommées « Pères de l'Europe », comme Konrad Adenauer, Jean Monnet et Alcide de Gasperi, six États créent en 1951 la Communauté européenne du charbon et de l'acier. Après l'échec d'une Communauté européenne de défense en 1954, une Communauté économique européenne est instaurée en 1957 par le traité de Rome. La coopération économique est approfondie par l'Acte unique européen en 1986.
En 1992, le traité de Maastricht institue une union politique qui prend le nom d'Union européenne et qui prévoit la création d'une union économique et monétaire (la zone euro), dotée d'une monnaie unique, l'euro. Instituée en 1999, elle compte dix-sept États en 2011. De nouvelles réformes institutionnelles sont introduites en 1997, en 2001. Suite au refus d'un projet de Constitution européenne, les institutions sont à nouveau réformées en 2009 par le traité de Lisbonne.
Les membres fondateurs de l'Union européenne (1957) sont l'AllemagneNote 4, la Belgique, la France, l'Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. Ils sont rejoints en 1973 par trois membres de l'Association européenne de libre-échange : le Danemark, l'Irlande et le Royaume-Uni. L'Union s'élargit vers le sud avec l'adhésion de la Grèce en 1981, puis de l'Espagne et du Portugal en 1986. Entre temps, le Groenland a décidé de se retirer (1985). Après la fin de la Guerre froide, elle est rejointe en 1995 par des États neutres : l'Autriche, la Finlande et la Suède. L'Union européenne intègre en 2004 dix nouveaux États, en majorité issus du bloc de l'Est : Chypre, l'Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Slovénie ; puis en 2007 la Bulgarie et la Roumanie. L'adhésion de la Croatie est prévue le 1er juillet 20135.
Le 12 octobre 2012, le prix Nobel de la paix est attribué à l'Union européenne pour « sa contribution à la promotion de la paix, la réconciliation, la démocratie et les droits de l'Homme en Europe »6.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l'Europe cherche un moyen de consolider la paix7. À la suite du coup de Prague qui renforce la peur de l'expansion soviétique, la France, les pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) et le Royaume-Uni signent le 17 mars 1948 le Traité de Bruxelles qui prévoit une Union occidentale, instituant une collaboration en matière économique, sociale, culturelle, et de défense collective8. Ce traité fut concurrencé dès l'année suivante par la création de l'OTAN9, véritable alliance militaire qui inclut un plus grand nombre de pays européens, mais également le Canada et les États-Unis.
Dans le même temps, le principe d'une Europe unie a été posé, en particulier sous l'impulsion de la France et de l'Allemagne de l'ouest, même si le discours10 du Britannique Winston Churchill à Zurich le 19 septembre 1946 a été déterminant ainsi que le rôle des pays du Benelux et de l'Italie. L'Europe recherchait alors un modèle d'intégration qui la mettrait à jamais à l'abri d'une nouvelle guerre. L'idée a été concrétisée par Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères, dans sa déclaration du 9 mai 1950 appelant à mettre le charbon et l'acier sous une Haute Autorité commune de la France et de l'Allemagne fédéraleNote 5. Le choix de ces deux secteurs économiques vise à établir une garantie de paix : l'industrie sidérurgique est hautement stratégique, puisque étroitement liée à l'industrie de l'armement et, dépendant de ses ressources11.
« L'Europe ne se fera pas d'un coup, ni dans une construction d'ensemble. Elle se fera par des réalisations concrètes, créant d'abord une solidarité de fait. »
Le traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) est signé le 18 avril 1951 à Paris : les six pays fondateurs sont les pays du Traité de Bruxelles à l'exception du Royaume-UniNote 6. France, Allemagne de l'ouest, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas et Italie s'entendirent pour favoriser les échanges de matières premières nécessaires à la sidérurgie pour accélérer la dynamique économique après la guerre, afin de doter l'Europe d'une capacité de production autonome7. Ce traité est l'acte fondateur visant au rapprochement entre les vainqueurs et les vaincus européens, au sein d'une Europe qui à terme prendrait son destin en main, indépendamment des influences extérieures alors considérables des États-Unis, via son plan Marshall, et ce en dépit de la tentative de concertation de cette aide américaine au sein de l'OECE11.



Noël-Nicolas Coypel : l'Enlèvement d'Europe.
 L'Enlèvement d'Europe, par Noël-Nicolas Coypel.
 
Dans la mythologie grecque, Europe (en grec ancien Εὐρώπη / Eurṓpē) est une princesse phénicienne, fille d'Agénor (roi de Tyr) et de Téléphassa, et sœur de Cadmos. Elle a donné son nom au continent européen.
L’étymologie couramment admise de ce nom y voit un composé de εὐρύς, « large » et ὤψ, « œil, vue ». La terre « à l'aspect large » continue une vieille épithète de la terre, qu'on retrouve dans plusieurs traditions indo-européennes : « la large terre » en grec, « la large terre » ou simplement « la large » en sanskrit, et de même dans les langues germaniques. Europe serait ainsi l'une des figures de la déesse Terre, renouvelée1. Cependant cette étymologie ne tient pas compte de l’origine phénicienne d’Europe dont le nom ne peut qu’avoir une origine sémitique dont le plus éminent représentant est la langue arabe. Dans cette langue « aruba » (nous savons que la lettre a et le phonème eu sont interchangeables ainsi que les lettres p et b) veut dire belle femme et c’est la caractéristique d’Europe fille d’Agénor.

Selon une version du mythe, Europe, fille du roi de Tyr, une ville de Phénicie (actuel Liban) fait un rêve2. Le jour même, Zeus la rencontre sur une plage de Sidon, se métamorphose en taureau blanc, afin de l'approcher sans l'apeurer et échapper à la jalousie de son épouse Héra. Imprudente, attirée par l'odeur d'un crocus qui se trouve dans sa bouche, Europe s'approche de lui. Chevauchant l'animal, elle est emmenée sur l'île de Crète à Gortyne (ou au nord du Bosphore selon certaines versions). À Gortyne3, sous un platane qui depuis lors est toujours vert, ils s'accouplent après que Zeus fut redevenu humain. De leur union naissent Minos, Rhadamanthe (qui deviendront tous deux juges des Enfers) et Sarpédon4 qui s'exila en Anatolie, à Milet. Plus tard, Europe est donnée par Zeus comme épouse au roi de Crète, Astérion.


Johann Heinrich Füssli, Le Sommeil et la Mort portant le corps de Sarpédon en Lycie, 1803, Sammlung Haus Rechberg (Zurich)



Minos juge aux Enfers, illustration de Gustave Doré pour la Divine Comédie (1861-1865)

UE-EU-ISO 3166-1.png



La Turquie a déposé sa demande d’adhésion à l'Union européenne le 14 avril 1987 (alors Communauté européenne). La Turquie est un membre associé de l'Union européenne (UE) et des communautés qui l'ont précédé depuis 19631. La Turquie a signé un accord d'Union douanière avec l'Union en 1995 et a officiellement été reconnue candidate le 12 décembre 1999 lors du sommet européen d'Helsinki. Les négociations commencèrent le 3 octobre 2005. La demande d'adhésion est devenue un sujet de controverse majeur parmi les élargissements en cours de l'Union européenne2.
Selon plusieurs sondages réalisés ces dernières années, la grande majorité des européens et plus particulièrement des Français restent contre l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne3. Malgré les réticences des populations des états européens, la procédure d'adhésion de la Turquie à l'Union est toujours en cours.

Image illustrative de l'article Procédure d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne
Logo de l'adhésion de la Turquie à l’Union européenne
 Image illustrative de l'article Procédure d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne
La Turquie en orange et l'Union européenne en vert.

31 octobre 2012 Le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan annonce que, si d'ici 2023 la Turquie ne se voit pas accorder le statut de membre, celle-ci retirera sa demande d'adhésion39.

La compétivité de l'industrie européenne requiert réciprocité et octroi d'aides publiques sous des conditions nouvelles 

Soutenue par 12 Etats membres, la France insiste pour que les technologis de la 3ème révolution industrielle bénéficient d'aides publiques sous des conditions nouvelles.
Saluant d'un côté la proposition de mise à jour de la politique industrielle de l'UE présentée la veille par le Commissaire Antonio Tajani (cf. à cet égard Grâce à la révolution industrielle, l'industrie fait son retour en Europe ) et qui, selon lui, "place la barre très haut" avec son objectif de porter à 20 % d'ici 2020 la part de l'industrie dans le PIB européen alors qu'elle est tombée à 16 % depuis le début de la crise, Arnaud Montebourg, d'un autre côté, n'a pas épargné la Commission européenne lors du Conseil Compétitivité du 11 octobre à Luxembourg.
"L'Europe doit s'unir mais prendre les décisions adaptées. Nous subissons une mondialisation déloyale marquante, où ce que Bruxelles nous interdit de faire, tous les autres pays le font. Nous devons réorienter l'Europe parce que celle-ci n'est plus adaptée à la déloyauté du commerce mondial. Lorsque les Etats-Unis, la Chine, l'Inde et beaucoup d'autres choisissent de subventionner leur industrie, ils n'ont plus Bruxelles sur le dos", a insisté le ministre français en charge du redressement productif, dans une communication télévisuelle donnée en marge de la réunion.
Six Etats-membres - Autriche, Belgique, Bulgarie, Grèce, Hongrie et Slovaquie - se sont joints, selon lui, à la demande faite lors de la semaine qui a précédé cette réunion, par l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, le Luxembourg, le Portugal, la Roumanie et la France, que l'UE " [ait] le droit de se défendre, de s'organiser et de se protéger afin d'être au niveau de ce qu'exige la compétition mondiale." Ces pays " [défendent] l'idée  que les technologies nouvelles - nanotectnologies, réseaux intelligents, nouveaux matériaux (*) - qui vont faire la 3ème révolution industrielle puissent bénéficier d'aides d'Etat sous des conditions nouvelles."
 
Source : Agence Europe
 
(*) NB : Le Conseil a adopté au cours de cette réunion des conclusions sur la base de la stratégie mise sur la table en juillet 2012 par la Commission pour le développement de la microélectronique et la nanoélectronique, la nanotechnologie, la photonique, les matériaux avancés, la biotechnologie industrielle et les technologies de fabrication avancées. Il a également donné son aval au lancement d'un partenariat d'innovation européen pour les matières premières, conformément à l'initiative proposée en mars 2012 par la Commission, laquelle devra rendre compte au Conseil d'ici juillet 2023 des avancées de ces partenariats.

 
Citoyen Européen
C'est ...
avoir le droit de cité, dans l'europe toute entière.
être membre d'une cité état Européen, avec un droit de suffrage
participer aux décisions de la cité relatives aux lois, à la guerre, ...


Citoyen Européen, permet de désigner tout homme sans notion de hiérarchie entre les pays
Le citoyen Européen bénéficie des droits civiques et politiques et doit accomplir des devoirs envers l'Europe.

L'Europe
C'est ...
Europe serait ainsi l'une des figures de la déesse Terre, renouvelée1.

L'Union Européenne
C'est ...
Association d'états
Délègue par Traité, des Compétences, Organes Communs
Supra national, Inter Gouvernementale
Communauté du charbon et de l'acier
Communauté de la Défense
Communauté économique et monétaire
Constitution
Concurrence de l'OTAN

 L'union Européenne en crise ... les dangers et les opportunités

L'Angleterre
Les nationalismes
La Turquie

Prospective européenne ... 2023

Agriculture
Industrie
Informatique
Services
Energie
Alimentation
Etudes
Emploi
Retraites

La 3ième révolution industrielle

Europe 2023 
Sans amiante


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire