dimanche 6 mai 2012

François Hollande, le 7e président de la République française sous la Ve République.

Le visage du nouveau président de la République



Fred Hasselot
Vous devez installer Flash pour voir ce contenu.
Le président de la République s’est exprimé depuis son fief en Corrèze.

"Oui je l’avais imaginé !" François Hollande termine son discours en évoquant la foi qu’il avait en sa victoire. Le nouveau quinquennat aura comme mot d’ordre la moralisation de la vie politique : "Je suis au service de la France." dit-il. Le Président de la République tout juste élu, évoque les chantiers qui seront prioritaires. Il veut être jugé sur la justice et la jeunesse.

 Ses premiers mots de Président étaient attendus. Sa prise de parole était annoncée peu après 20 heures. Elle montra sur scène vers 21h30, à Tulle, sur une place noire de monde. « Je mesure l’honneur qui m’est fait », a affirmé François Hollande. « Les Français ont choisi le changement ». Il ajoute : « Le changement doit être à la hauteur de la France. Il commence maintenant ». « Beaucoup attendaient ce moment depuis longtemps », souligne-t-il. Ce moment, c’est le 6 mai 2012.

 « Je suis fier d’avoir été capable de redonner l’espoir ». A l’image de sa campagne, il insiste sur le rassemblement : « Je serai le Président de tous. Ce soir, il n’y a pas deux France, mais qu’une seule France dans le même destin. Chacun sera traité à égalité de droit et devoir. Aucun enfant de la République ne sera laissé de côté » ou « discriminé ». Les « fractures », les « blessures qui ont séparé nos concitoyens, c’en est fini ».

 A l’opposé, il s’engage « à servir (son) pays avec dévouement et exemplarité ». Il adresse cependant « un salut républicain au Président qui nous a dirigé pendant 5 ans ». Un peu plus tôt, Nicolas Sarkozy lui a souhaité « bonne chance ».

 « Nous sommes la France » Le nouveau Président élu souhaite que son quinquennat soit jugé « sur deux engagements majeurs : la justice et la jeunesse ». Ses décisions seront guidées par la volonté de faire « avancer la cause de l’égalité ». Il veut faire « des valeurs de la République » autant de « leviers ». Il revient sur son « rêve français » : « Il s’appelle le progrès, la longue marche pour qu’à chaque génération nous vivions mieux ». « Nous ne sommes pas n’importe quel pays de la planète, nous sommes la France », lance François Hollande.

 « L’Europe nous regarde » également. Et pas seulement, selon le Président élu, qui parle « de nouvel espérance pour le monde ». Il entend aussi être un appui pour soutenir « la capacité des peuples de s’émanciper de la dictature ». Il salue son département de la Corrèze – « Je vous dois tout » – et sa ville de Tulle. « Mais désormais, je suis au service de la France », prévient-il. «J’aime mon pays ».

Il salue sa « famille », sa « compagne » et ses « proches ». « Je suis socialiste », rappelle François Hollande. Mais ce soir il salue aussi « les Républicains » et « les humanistes qui ont permis aussi notre victoire », alors que François Bayrou a annoncé jeudi qu’il voterait Hollande.

Il commence une nouvelle aventure. Un nouveau défi surtout : « Mon mandat, il sera lourd, il sera grand, il sera beau ».


Vous devez installer Flash pour voir ce contenu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire