mardi 22 mai 2012

Sainte Rita

Sainte Rita (Roccaporena, 1381 - 22 mai 1457) est une sainte célèbre italienne qui prit l'habit chez les Augustiniennes.

Jeunesse et vocation

Elle naquit à Roccaporena près de Cascia dans le diocèse de Spolète, en Ombrie (Italie), fille unique d'Antonio Lotti et d'Amata Ferri. Rita est peut-être le diminutif de Margherita, équivalent italien de Marguerite. À Laarne près de Gand, on peut voir une statue où sainte Rita est accompagnée d'abeilles. Cela semble provenir de la légende selon laquelle un essaim d'abeilles blanches aurait tournoyé autour du bébé endormi dans le berceau le lendemain du baptême. Elles lui entraient et sortaient de la bouche, mais sans lui faire le moindre mal. La famille était plutôt étonnée qu'inquiète. Rétrospectivement, on considéra que les abeilles représentaient sa béatification par le pape Urbain VIII.

Les temps étaient cruels. En France, c'était la lutte sans merci entre Armagnacs et Bourguignons. En Italie, entre partisans du Pape et de l'Empereur (Guelfes et Gibelins). On massacrait pour l'un, on empoisonnait pour l'autre. Chaque village, voire chaque famille, était divisée.

L'on sait peu de choses des parents de Rita, sauf qu'ils étaient surnommés « les porte paix de Jésus-Christ ». En fait, ils jouaient le rôle de médiateurs entre clans et familles, pour essayer de faire oublier les exigences de la vendetta. Ils essayaient de prêcher le pardon et la paix. Cet exemple, Rita ne l'oublia pas. Elle épousa un homme riche et noble, Paul Mancini, d'une diramation de la Famille Mancini et fut la mère de jumeaux, Jacques-Antoine et Paul-Marie. Après le meurtre de son mari et la mort de ses deux fils, elle prit l'habit chez les sœurs augustiniennes au monastère Sainte Marie-Madeleine à Cascia et y resta quarante ans. En fait, dès l'âge de 16 ans, elle avait pensé à la vie religieuse, mais ses parents en avaient décidé autrement. Ils avaient arrangé son mariage avec Paul, bien qu'elle les eût suppliés de la laisser entrer au couvent. Paul était riche, mais prompt à s'emporter, et il s'était donc fait des ennemis dans la région. Une nuit, il fut agressé et assassiné, bien qu'apparemment il se fût adouci depuis la naissance de ses enfants. Certains récits font état d'un guet-apens, d'autres d'une querelle qu'il aurait provoquée et à l'issue de laquelle il aurait été tué.

Rita continua de se consacrer à ses enfants, mais il lui devint évident après quelques années qu'ils étaient bien décidés à venger la mort de leur père. Elle tenta de les en dissuader et de leur faire comprendre que ce serait un meurtre. Elle pria pour qu'ils renoncent à leurs desseins. Ses deux fils moururent de causes naturelles durant l'année, emportés par une épidémie de peste après avoir imploré le pardon de leur mère.

Vie religieuse

Sainte Rita de Cascia

Se retrouvant seule, Rita voulut entrer au monastère sainte Marie-Madeleine à Cascia. Elle fut éconduite, car les constitutions de l'ordre interdisaient d'accueillir les veuves. De plus les deux familles, celle de son mari et celle de son assassin, ne s'étaient pas réconciliées. Le monastère avait peur de représailles. Mais elle insista, et finalement fut admise à une condition. Elle devait réconcilier sa famille et les meurtriers de son mari. Elle poursuivit ce but, ce qui s'avéra difficile. Quand les deux clans s'accordèrent réciproquement le pardon devant l'Évêque de Cascia (elle avait alors 36 ans), elle fut autorisée à entrer au monastère où elle resta jusqu'à sa mort en 1457.

Religieuse, Rita essaya de vivre jusqu'au bout les exigences de son état : vie de prière, obéissance, pauvreté. Elle osa, à la suite d'un sermon sur la passion de saint Jacques de la Marche, demander à Dieu, dans un moment de grande ferveur, de la faire participer, dans sa chair, aux souffrances du Christ. Elle fut exaucée et une épine de la couronne du Christ se détacha et vint se fixer sur son front. C'est pourquoi on la représente avec une plaie incurable à cet endroit, qui la fera terriblement souffrir. Stigmatisée par cette marque, elle supporta avec le sourire cette épreuve qu'elle avait demandée.

Elle fut au service des plus pauvres de Cascia, qui bénéficièrent de la qualité de sa charité. Elle reçut ce don merveilleux de faire des miracles, qui lui fut accordé par le Seigneur[réf. nécessaire]. Elle eut la joie, malgré la faiblesse que lui causait sa plaie au front, de se rendre à Rome en 1450 pour le Jubilé ou l'« année d'or » que le pape avait décidé afin de remercier Dieu d'avoir libéré le pays de toutes les guerres. À 69 ans, elle parcourt avec quelques sœurs les 180 km qui les séparaient du centre de la chrétienté.

Elle meurt le 22 mai 1457, à l'âge de 76 ans. Dès le jour de sa mort, le peuple de Cascia proclame sainte cette petite servante du Seigneur, bien avant que l'Église officielle ne la reconnaisse pour telle. Le peuple de Cascia avait été témoin de miracles et de prodiges inexplicables.

Béatification

Sainte Rita de Cascia (statue de la Chapelle Sainte-Rita, 65 bd de Clichy 75009 Paris)
  • Elle fut béatifiée en 1627 par Urbain VIII, et c'est au secrétaire particulier de ce dernier, le cardinal Fausto Poli, né à environ quinze kilomètres de Cascia que l'on doit le développement de son culte.
  • Le pape Léon XIII la canonisa le 24 mai 1900.
  • On la fête le 22 mai.

Vénération - Patronage

Corps de Sainte Rita à Cascia

En son honneur un important sanctuaire fut érigé à Cascia au début du XXe siècle. C'est un lieu de pèlerinage très fréquenté d'Ombrie, de même que sa maison natale. Sainte Rita, tout comme saint Jude, est l'avocate des « causes désespérées ». L'Église Santa Rita da Cascia alle Vergini de Rome, datant du XVIIe siècle, porte également son nom.

En France c’est à partir de Givet, dans les Ardennes, que le culte à sainte Rita s’est répandu, semble-t-il, de façon durable. Il fût sans doute introduit par des immigrants italiens. Dans l’Église Saint-Hilaire, il n’y eut à l’origine qu’une statue de sainte Rita placée au-dessus d’un autel latéral. Aujourd’hui, c’est une église où l’on vient de loin en pèlerinage et où il y a plus de deux cents ex-voto1.

A Vendeville, près de Lille, on vénère Sainte Rita depuis 1927 dans l’Église de Saint Eubert. Une guérison survenue suite à une neuvaine à sainte Rita est à l’origine de la vénération à la sainte. C’est aujourd’hui un lieu où de nombreux fidèles se rendent en pèlerinage1.

Chapelle Sainte Rita de l'église de l'Annonciation à Nice

Mais c’est à Nice que va se développer ce qu’on peut considérer comme le principal centre de dévotion à Sainte Rita en France. En 1934 le père Andrea Bianco, religieux de la Congrégation des Oblats de la Vierge Marie et Recteur de l’Église de l’Annonciation invita une paroissienne qui avait perdu un bijou de famille auquel elle tenait beaucoup à prier Sainte Rita. Elle retrouva son bijou et, en reconnaissance, offrît à l’église une statue que le recteur installa sur le premier autel latéral près de l’entrée. Au fil des années les niçois adoptèrent Sainte Rita qui devint extrêmement populaire. En 1955, le père Cagliari, prêtre de la même Congrégation, fonda la Revue Sainte Rita qui, par sa grande diffusion (jusqu’à quarante mille exemplaires), contribua de façon significative à faire connaître et aimer Sainte Rita dans toute la France1.

En 1950, une chapelle dédiée à Sainte Rita fût inaugurée en plein centre de Paris, au 65 boulevard de Clichy, à mi-chemin entre l’Église de la Sainte Trinité et la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre. Dans ce quartier particulièrement "typé" de Paris (Pigalle) des gens de toutes conditions viennent prier et confier leur détresse à sainte Rita1.

Son corps

Les restes mortels de la sainte sont abrités derrière une grande grille en fer forgé, dans la chapelle de style néo-byzantin qui lui est consacrée. Ils sont conservés à l’intérieur d’une châsse de verre et d'argent, dans la basilique qui a été consacrée comme église le 18 mai 1947 et érigée en basilique par le pape Pie XII le 1er aout 1955. La basilique est reliée à l'ancien monastère Sainte-Marie-Madeleine. Des études médicales récentes ont confirmé la présence sur la zone frontale gauche de traces d'une lésion osseuse (peut-être une ostéomyélite) ; le pied droit montre des signes d'une maladie dont elle a souffert pendant ses dernières années, peut-être associée à une sciatique, alors que sa taille était de 157 cm ; le visage, les mains et les pieds sont momifiés, tandis que le reste du corps, vêtu de l’habit des augustines, n’est plus qu’un squelette.


UNE ENFANT PREDESTINEE
Nous sommes en 1380. Il y a un demi-siècle que la guerre de Cent Ans est commencée entre l'Angleterre et la France. Jeanne d'Arc n'est pas encore née, et il faudra attendre encore cinquante ans pour qu'elle délivre la France. Pendant ce temps, à Cascia, petit village d'Ombrie sis dans les monts Apennins à 150 km environ au nord de Rome, au hameau de Roccaporena, vit le ménage d'Antonio Lotti et Amata Mancini; les époux, qui s'aiment tendrement, font l'édification de leur entourage; ils pratiquent fidèlement les vertus évangéliques, en particulier ce sont des artisans de paix - on les a surnommés porte-paix - car ils s'efforcent, et le plus souvent avec succès, de régler à l'amiable les différends entre leurs voisins. Mariés depuis déjà un certain nombre d'années, ils auraient tout pour être parfaitement heureux, si le Ciel leur avait donné la joie d'avoir des enfants. Mais Amata commence à vieillir et ils n'osent plus espérer.

C'est alors qu'un jour d'automne, tandis qu'elle vaquait aux travaux du ménage, Amata entendit un souffle de vent, puis une voix lui murmura: « Ne crains rien, Amata, tu vas donner le jour à une petite fille. Antonio et toi vous l'aimerez tendrement! Et le Seigneur l'aimera encore plus! » Le soir venu, elle confia à Antonio les paroles de l'Ange - car qui donc, sinon un ange, aurait pu apporter ce message?
A quelque temps de là, un nouveau souffle de vent se fit entendre et la même voix lui dit: « Amata, le jour approche. Cette enfant, tu la nommeras Rita, en l'honneur de sainte Margherita. Ce petit nom, par elle deviendra un grand nom!» Le mot margarita, en latin, veut dire perle. Nous verrons que cette enfant fut bien en effet une perle pour l'Eglise.

C'est ainsi qu'au mois de mai 1381 est née au foyer des Loto la petite Margherita. Tous les voisins sont venus complimenter les heureux parents et en même temps ils ont été surpris du prénom qui lui a été donné, car ce n'est la tradition dans aucune des deux familles. Le curé de Cascia lui-même doit se faire prier pour la baptiser sous un surnom, ce qui non plus n'est pas l'usage.

Rita pouvait avoir à peine un an. Ses parents étaient partis travailler aux champs et, comme il faisait beau, ils l'avaient emmenée avec eux, couchée à l'ombre dans une corbeille d'osier. Un paysan, qui venait de se blesser avec sa faucille, se hâte de rentrer chez lui pour se soigner. Passant devant la petite fille, il est tout surpris de voir un essaim d'abeilles voleter au-dessus d'elle; les insectes entrent même dans sa bouche, mais ne lui font aucun mal. La petite Rita se contente de sourire. Cependant il approche sa main blessée pour chasser les abeilles et, comme il la retire, il constate qu'elle est parfaitement guérie. Plus la peine donc de rentrer chez lui. Alors il s'empresse de raconter son aventure aux parents, qui travaillent à proximité. Les parents, et avec eux tout le village, se demandent: « Que sera donc cette enfant?»

La petite Rita grandit dans ce foyer si profondément chrétien où l'on est reconnaissant à Dieu pour la grande faveur si longtemps attendue. Elle reçoit tous les principes et les exemples que l'on était en droit d'attendre dans une telle famille. Dès qu'elle est en âge de comprendre, ses parents lui apprennent ses prières et suscitent en elle l'amour de Dieu et de la Vierge Marie. Très tôt Rita s'impose elle-même de petites mortifications et refuse toute coquetterie. Spontanément elle fait tout ce qu'elle peut pour aider ses vieux parents. Vers l'âge de douze à quatorze ans, elle commence à penser à la vie religieuse, pour pouvoir se consacrer à la contemplation de la Passion du Sauveur.

EPOUSE ET MÈRE DE FAMILLE
Ses parents, eux aussi, pensent à son avenir, mais pas sous le même jour: ils n'envisagent pas pour elle la vie du cloître; ils lui cherchent même un mari et, un jour, lui font rencontrer Paolo à qui ils la fiancent. C'était alors l'usage. Les parents sont flattés, car Paolo est d'une condition sociale supérieure à la leur, mais Rita est loin d'être enchantée, car ce projet signifie qu'elle doit renoncer à la vie religieuse et, en outre, Paolo a la réputation d'être brutal, buveur et jouisseur. Elle essaie de protester, mais ses parents sont inflexibles et puisqu'ils en ont décidé ainsi, elle croit y voir la volonté de Dieu, se disant qu'Il ne la juge sans doute pas digne d'embrasser l'état religieux. Il est également possible qu'elle ait vu aussi dans ce mariage la possibilité d'aider plus efficacement ses vieux parents.

Le tempérament autoritaire et brutal de Paolo ne fait que se confirmer après son mariage. Après quelques semaines de lune de miel, le naturel reprend le dessus et la pauvre Rita souffre en silence, sans jamais se départir de sa douceur et de sa patience. Elle est si douce que ses voisines, qui se rendent bien compte de la situation, la surnomment la femme sans rancune. Rita offre ses souffrances pour la conversion de son mari; elle y ajoute des mortifications de toutes sortes, notamment des jeûnes fréquents.

Paolo désire ardemment avoir un héritier pour perpétuer sa lignée. Bientôt Rita attend cet heureux événement et le ménage sera comblé, pour un temps du moins, car elle va donner le jour à des jumeaux. Paolo, qui a enfin reconnu les qualités exceptionnelles de son épouse, a fini par s'adoucir à son contact, et le ménage a vécu des années de bonheur véritable, que ne laissaient pas présager les orages du début.

LE MALHEUR S'ABAT SUR LA FAMILLE
Mais ce bonheur n'allait pas durer. Un soir d'hiver, alors que la tempête gronde au dehors, un voisin vient prévenir Rita que Paolo est tombé dans une embuscade. Quand elle arrive à son chevet, il a rendu le dernier soupir, mais le voisin témoin de ses derniers moments l'assure que ses dernières paroles ont été un mot de pardon pour ses agresseurs et une prière adressée à Dieu. Rita se console à la pensée que son Paolo est mort en chrétien, le meilleur gage de leurs retrouvailles en Paradis. On rapporte même qu'une révélation du Ciel lui avait fait savoir que son mari était sauvé. Ils avaient vécu dix-huit années ensemble.

Les jumeaux, eux, n'ont pas pardonné aussi facilement que leur mère. Ils n'ont à la bouche que le mot de vengeance, sentiment bien humain peut-être, mais si peu chrétien. Rita a beau essayer de leur répéter que celui qui ne pardonne pas ne pourra pas être lui-même pardonné et qu'il compromet gravement son salut éternel, ils ne veulent pas comprendre. Rita redouble de prières et de pénitences pour leur conversion. Comme ils s'obstinaient dans leurs sentiments de vengeance, Rita aurait même demandé au Seigneur qu'ils meurent en pardonnant plutôt que de vivre sans pardonner. Quelques mois après la mort de Paolo, les jumeaux sont pris de frissons au retour des champs; aucun remède ne se révèle efficace et la maladie empire rapidement. Rita leur fait administrer les derniers sacrements et, après avoir enfin pardonné au meurtrier de leur père, ils s'éteignent l'un et l'autre à quelques jours d'intervalle. Rita avait déjà perdu ses parents depuis plusieurs années et maintenant, en l'espace de quelques mois, elle perd son mari et ses deux enfants.

RELIGIEUSE
Maintenant qu'elle se retrouve seule ici-bas, Rita se souvient de sa vocation religieuse et elle va frapper à la porte du monastère de SainteMarie-Madeleine, à Cascia. L'abbesse la reçoit, l'écoute et promet de soumettre son cas au chapitre. Mais lorsque Rita vient chercher la réponse, l'abbesse lui fait savoir qu'il n'est pas possible de la recevoir, la congrégation, conçue pour les jeunes filles, ne pouvant pas accueillir des veuves. Rita ne se décourage pas et, à quelque temps de là, elle renouvelle sa demande et obtient le même refus. Une troisième demande aboutit au même échec.

La véritable raison du refus de l'abbesse semble avoir été tout autre. Dans le monastère de Cascia, il y avait des religieuses appartenant aux deux clans ennemis du pays, et par conséquent certaines d'entre elles à celui de l'assassin de Paolo. Avant de pouvoir entrer, il fallait que les clans soient réconciliés. Rita, qui en est convaincue, prend son bâton de pèlerin et va de porte en porte en messagère de paix, et le miracle s'accomplit: tous les habitants du village se réconcilient. Elle continue à prier et voilà que l'impossible se produit. Un soir d'hiver, elle s'entend appeler du dehors par son nom. Ouvrant la porte, elle voit un inconnu, vêtu d'une peau de bête, en tout semblable au saint Jean-Baptiste de la statue de l'église. Le personnage lui fait signe de le suivre; Rita prend sa cape et le suit jusqu'au rocher qui domine le hameau de Roccaporena. Là, deux autres saints se joignent à eux: saint Augustin et saint Nicolas de Myre. Tout à coup, sans savoir comment, notre héroïne se trouve tout simplement à l'intérieur de la chapelle du monastère!

Voyant le prodige, l'abbesse s'enquiert auprès de la soeur tourière pour savoir si toutes les portes ont bien été barricadées la veille au soir. Sur sa réponse affirmative, l'abbesse demande des explications à celle qui s'est permis une telle effraction et Rita lui répond simplement: «Le Seigneur le voulait ainsi, ma Mère!» - «Qui donc s'est fait votre complice pour vous faire entrer?» Rita lui raconte alors exactement comment les choses se sont passées et qui l'a «aidée». Après en avoir délibéré au chapitre avec les autres soeurs, l'abbesse accepte enfin de prendre Rita comme novice afin, dit-elle, « de ne pas aller contre la volonté de Dieu ».

Elle sera une postulante exemplaire, puis une novice modèle. Détachée désormais de toute affection terrestre, elle pourra prononcer sans difficulté les trois voeux monastiques. L'abbesse et la maîtresse des novices ne lui épargneront rien, aucune brimade, aucune humiliation, mais elles ne viendront jamais à bout de sa patience et de sa douceur. Pour l'éprouver sa supérieure lui demande d'arroser tous les jours, matin et soir, un bout de bois desséché planté dans le sol. Cela peut paraître absurde, mais soeur Rita, sans se poser de questions, obéit... La plus surprise a été la supérieure car, au bout d'un certain temps, le bout de bois bourgeonne, fleurit puis donne de magnifiques grappes de raisin!

Ayant donné suffisamment de preuves de son obéissance, de son humilité et de sa piété, soeur Rita est admise à faire profession. Elle s'engage à vivre selon la règle de saint Augustin. Avec ses soeurs, la nouvelle professe va pouvoir sortir pour secourir les pauvres et les malades; elle a pour cela un véritable don.

LE STIGMATE DE L'ÉPINE
Soeur Rita veut se conformer en tout à son Divin Maître. Pour souffrir comme Lui, elle porte un cilice, se flagelle plusieurs fois par jour, au point qu'un jour ses soeurs l'ont trouvée évanouie dans sa cellule. Mais pour elle ce n'est pas encore assez. En 1443, le carême est prêché à la paroisse par un franciscain célèbre de l'époque. Tout Cascia veut l'entendre et les soeurs du monastère font partie de l'auditoire.

Le Vendredi saint, comme il commente avec un réalisme saisissant les douleurs de la Passion du Sauveur, soeur Rita supplie le Seigneur qu'au moins une des épines de Sa couronne vienne blesser son front... et soudain une des épines de plâtre du grand crucifix vient se ficher en plein milieu de son front. La douleur est si vive que Rita s'évanouit. Le lendemain matin, la plaie s'est agrandie et émet une odeur repoussante. La plaie ne se guérissant pas et l'odeur restant toujours aussi désagréable, l'abbesse la relègue dans une cellule au fond d'un couloir.
Quelques années passent et le pape décrète que l'année 1450 sera une année jubilaire. Une délégation du monastère doit prendre part aux cérémonies qui se dérouleront à Rome. Soeur Rita émet le désir d'en faire partie. L'abbesse lui répond qu'elle l'y enverrait volontiers, mais que ce n'est pas possible avec sa blessure suppurante et malodorante. Notre soeur est sûre d'être guérie en temps voulu, et en effet, quelques jours avant la date prévue pour le départ, le front de soeur Rita ne porte plus la moindre trace du stigmate; toutefois les douleurs n'avaient pas disparu. L'abbesse l'a placée à la tête de la délégation. Comme en chemin les soeurs se demandaient si elles auraient assez d'argent pour aller jusqu'au bout, soeur Rita vit dans cette inquiétude un manque de confiance en la Providence et, devant ses soeurs horrifiées, elle jeta toutes les pièces de monnaie dans le torrent; mais on ne manqua de rien, pas plus au retour qu'à l'aller.

LES DERNIERS TEMPS
De retour à Cascia, conformément à la prière de soeur Rita, le stigmate de l'épine réapparut sur son front et l'odeur avec. Notre soeur reprit donc sa vie de recluse, méditant sans cesse la Passion du Sauveur dans un jeûne quasi total: elle ne recevait pour toute nourriture que l'Eucharistie.

En 1457, soeur Rita est épuisée par une vie de souffrances et de pénitences; sa fin prochaine ne fait plus de doute pour personne. La soeur qui lui a été affectée comme infirmière hésite à entrer dans sa cellule, tant l'odeur dégagée par la plaie est repoussante. Une cousine vient cependant lui faire visite et Rita lui fait une demande stupéfiante: elle voudrait que sa cousine lui apporte une rose qui, dit-elle, se trouve sur le rosier de son ancien jardin. Comme on est au coeur de l'hiver et que la terre est recouverte de neige, on croit qu'elle délire. Néanmoins, la cousine, par curiosité, va voir et, contre toute attente, trouve une rose splendide et délicieusement parfumée. Elle la cueille et l'apporte à Rita. Une bouture de ce rosier a été plantée dans le jardin du monastère et, depuis cinq siècles, l'arbuste vit toujours.

La cousine revient voir Rita qui, cette fois, lui demande des figues de son ancien figuier. La cousine va voir; tous les arbres sont dépouillés: ni feuilles, ni fruits... sauf sur le figuier en question sur lequel se trouvent deux fruits magnifiques qu'elle rapporte à la malade.

Les forces de soeur Rita continuent à décliner. Un jour elle reçoit la visite de Notre-Seigneur accompagné de sa très sainte Mère; comme elle Lui demande: «Quand donc, Jésus, pourrai-je vous posséder pour toujours?» - «Dans trois jours, répond le Seigneur, tu seras avec Moi, au Ciel.» Soeur Rita demande à recevoir les derniers sacrements. Au jour annoncé par Jésus, elle demande à l'abbesse sa bénédiction et, dès qu'elle l'a reçue, elle expire doucement. C'était un 22 mai, probablement 1457. (Certains historiens placent sa mort en 1447, mais il nous paraît impossible de retenir cette date si l'on doit admettre que soeur Rita a participé au jubilé, à Rome, lors de l'année sainte 1450.)

Aussitôt notre sainte partie pour le Ciel, la cloche du monastère s'est mise à sonner d'elle-même; quant à sa cellule, dont personne ne voulait approcher à cause de l'odeur nauséabonde de sa plaie, elle était remplie de lumière et délicieusement parfumée. On peut vraiment dire qu'elle était morte en odeur de sainteté. Une des soeurs du monastère avait un bras paralysé; elle voulut embrasser soeur Rita et, en se relevant, elle constata que son bras avait été instantanément guéri. Le corps de soeur Rita, depuis plus de cinq cents ans, est toujours parfaitement conservé; il est placé dans une châsse exposée dans 1a basilique de Cascia. Béatifiée par Urbain VIII en 1628, sainte Rita a été canonisée le 24 mai 1900 par Léon XIII, qui fixé sa fête au 22 mai, jour anniversaire de sa mort. (D'après Louis Couëtte, Stella Maris)



NEUVAINE A SAINTE RITA, Cause des Déséspérés.

Sainte Rita, au secours!... accablé sous le poids de la douleur, j'ai élevé ma voix vers le ciel, j'en ai imploré le secours, mais en vain; le ciel n'a pas répondu à mon appel, il est resté muet. Est-ce peut- être à cause de mes péchés qui me rendent indigne des faveurs divines? Pourtant j'ai grand besoin de la grâce que je sollicite. Alors, chère sainte Rita, c'est à vous que j'ai recours. N'êtes vous pas la sainte des cas impossibles, l'avocate des causes désespérées, le refuge de la dernière heure?
Oh! Prenez à coeur ma cause, je vous en conjure!... aidez-moi par votre puissante intercession, à écarter les obstacles qui m'empêche de mériter cette faveur; obtenez-moi de la divine Miséricorde un sincère repentir et le pardon de mes péchés. Et puis patronnez ma cause comme vous savez le faire, en l'appuyant sur vos mérites. Vous ne permettrez pas que j'aie le malheur de m'éloigner de vos pieds sans avoir été exaucé. Non je ne peux pas le croire. Vous m'obtiendrez cette grâce qui me tient tant à coeur en ce moment et qui m'est si nécéssaire. Je le crois, je veux le croire avec toute la force de ma foi, tout en me soumettant, cependant, à la sainte volonte de Dieu. Amen

Sainte Rita de Cascia
Image illustrative de l'article Rita de Cascia
Avocate des causes désespérées
Naissance 1381
Roccaporena (Cascia), Italie
Décès 22 mai 1457 (à 76 ans)
Cascia
Vénéré à Basilique de Sainte Rita, Cascia
Béatification 1627
par Urbain VIII
Canonisation 1900
par Léon XIII
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 22 mai
Attributs Habit, Plaie incurable au front
Saint patron Femmes mal mariées

1 commentaire:

  1. Seigneur ta gloire est sans cesse, pardon pour tous nos manquements, recours tous ceux qui sont courbés par le poids du monde que nous pardonions à ceux qui nous offensent pour ta gloire. SAINTE RITA je n'oublierai jamais ma promesse de finir ton travail sur terre quoi qui arrive. AMEN!

    RépondreSupprimer