samedi 8 mars 2014

Biologie et éthique : la science entre archaïsme et démesure

Un cycle proposé par le département de recherche "Sociétés humaines et responsabilité éducative"

Intervenants

Imaginer quel inconnu demain l’humain désignera.
Au siècle des lumières, on pouvait penser que la science voulait le bien de l’humanité et allait le lui apporter.
Le salut escompté n’a pas eu lieu. Le mal n’est pas venu déposer les armes devant l’autel de la Raison.

Aujourd’hui, c’est une science jeune, la biologie, qui occupe le devant de la scène. De la jeunesse, elle présente bien des caractères : l’impétuosité, le rythme, le désir de tout expérimenter, la volonté de légiférer.

Mais l’on s’étonne de reconnaître au sein de la science la plus pointue les dimensions les plus archaïques de l’inconscient. L’innocente fécondation in vitro avait désexualisé l’origine, le clonage promut une nouvelle avancée, une naissance sans parents, les différences laborieusement acquises sont attaquées de toute part, et l’alliance « science, inconscient et marché », ne laisse pas d’interroger, tandis que les juristes fascinés renoncent aux acquis de leur discipline millénaire pour se mettre au diapason d’un mouvement dont l’interprétation est à faire.

Discutant: Olivier Rey, philosophe des sciences, auteur notamment de Itinéraire de l’égarement, le Seuil.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire