mercredi 21 mai 2014

Francis Lefebure et le phosphénisme

Francis Lefebure (17 septembre 1916 - 19 mars 1988) était un médecin français, connu pour son étude des phosphènes.

Biographie

Francis Lefebure est né à Paris, en France. Sa mère, Claire de Saint-Rémy, était peintre et poète. Son père, avocat, a publié un magazine sur les lois thermiques et touristique. Il fréquenta le Lycée Louis-le-Grand, l'école secondaire qui a produit le plus grand nombre d'hommes célèbres français [citation nécessaire]. Toute sa vie, le Dr Lefebure a gardé un bon souvenir de ses professeurs de sciences.
À l'âge de 17 ans, il a participé à la "P.C.N." (Physique, Chimie, Biologie), qui a été conçue comme une année préparatoire avant l'étude de la médecine. Diplômé parmi les premiers sur plusieurs centaines d'étudiants, bien qu'il fût le plus jeune.
Il a commencé à l'âge de 13 ans, en même temps que ses études scolaire, à exprimer un intérêt pour les méthodes d'expériences de développement, de yoga et de spirituelle personnelle. Cela est principalement dû au fait que le Dr Lefebure a vécu dans le fameux «quartier latin» de Paris, qui était le seul endroit où les librairies spécialisées dans ces domaines pouvait être trouvées à l'époque. Ses premières recherches ont été fortement soutenues par sa mère, qui connaissait l'intérêt de son fils et qui tâchait de lui trouver les meilleurs livres. Dès l'âge de 15 ans, il avait déjà passionnément étudié toutes les œuvres du philosophe et fondateur de l'anthroposophie Rudolf Steiner. Beaucoup plus tard, après ses découvertes sur les phosphènes, le Dr Lefebure pris ses distances avec l’œuvre de ce dernier.
À l'âge de 18 ans, il commença à étudier la médecine. Ses principaux intérêts était l'anatomie, histologie, physiologie et la physique appliquée à la médecine, domaines dans lesquels obtint les meilleures note. Comme Darwin[Quoi ?], il n'eut jamais aucun intérêt dans la pathologie ou la médecine clinique, bien qu'il ait eu à étudier ces sujets. Il devint externe des Hôpitaux de Paris, en choisissant la neurologie et les enfants des services de psychiatrie.

Réunion de Galip, et service militaire

En juin 1934, il rencontra l'homme qui devint son mentor : Arthème Galip, un diplomate ukrainien, fils du dernier gouverneur de Bucovine, avant d'être annexée par l'URSS. Après l'annexion, Galip s'exila en France en tant que réfugié. Il avait déjà passé du temps dans un temple zoroastrien. Cet homme était censé pouvoir déclencher des visions par imposition des mains sans enseignement. Il y avait une contradiction entre son don et les exercices qu'il enseignait, certains d'entre eux étaient en fait très nuisibles, d'autres étaient tout simplement une perte de temps.
Galip partit pour l'Amérique du Sud et disparut. Dr Lefebure, tandis qu'il continuait ses études de médecine, laissé seul tenta de démêler les effets contradictoires de l'imposition des mains et des exercices que Galip lui avait appris. Pour ce faire, il passa son doctorat en 1942 à Alger avec une thèse sur les exercices de respiration de yoga : "la respiration rythmique et la concentration mentale". Il a été repêché en 1939 en tant que médecin auxiliaire et a ensuite été promu au grade de lieutenant médecin.
Il a utilisé les longues années de projet à réfléchir à tout ce qu'il avait appris précédemment. De ses méditations dans l'armée est venue un livre : "Homologies, les analogies de microcosme et macrocosme», qu'il considérait comme son meilleur travail sur le plan intellectuel. Il s'agit essentiellement d'une extension de la théorie de la symétrie, un chemin que la science académique suivrait, plus de 40 ans plus tard, avec les études sur les «fractales» et «homothétie interne». [citation nécessaire].

Les études biologiques

Après avoir quitté l'armée, le Dr Lefebure décida de suivre sa vocation à vie et entama un diplôme en biologie avant d'enseigner. Mais, étant marié, il dut accepter un poste en tant que médecin d'hygiène scolaire. Il a néanmoins poursuivi ses recherches et a créé l’association 'Homosophie'(la Sagesse des similitudes), créant ainsi les premiers groupes d'étude des techniques initiatiques, en 1945.
Bien qu’élevant trois enfants, il passa son temps libre à écrire un autre livre, «Le pouvoir du christianisme», pour prouver que le christianisme a été construit sur ​​des exercices qui ont ensuite été oubliés et également pour démontrer que la non-violence est la meilleure façon de se défendre. Ce fut le moment où il raconta les effets de l'imposition des mains par Galip qui avait été le déclencheur de son livre "Expériences initiatiques" et sur ​​les expériences de sortie-du-corps que sa méthode (publiée dans "Homologies") avait produites.

Réunion avec Subuh

En 1959, sa rencontre avec le mage indonésien Pak Subuh a été décisive. le Dr Lefebure voulu comparer les exercices Subuh avec ceux de son premier maître. Les électroencéphalogrammes étaient impossibles à utiliser car ils nécessitent un relâchement musculaire, il eut donc l'idée de suivre l'action sur un phosphène pour les différentes variantes d'un même exercice. C'est ainsi qu'il découvrit le premier phénomène phosphénique qui n'avait jamais été signalé auparavant: si la tête est déplacée sur un rythme de deux secondes, le phosphène suit ce mouvement. Si le mouvement de la tête est plus rapide ou plus lent, le phosphène reste fixe.
Cela le conduisit à expérimenter ce qui se passerait avec deux phosphènes. La méthode d'exploration du cerveau par l'étude des rythmes de phosphènes doubles semblait être d'une extraordinaire richesse et une utilisation pratique pour lui. Il écrit un livre sur le sujet. Son premier projet était un rapport qu'il transmit au Service de santé scolaire au printemps de 1960. Ce livre décrit les divers phénomènes rythmiques et cérébraux qui étaient inconnus avant et qu'il est devenu possible d'observer grâce au Cérebroscope, un dispositif pour lequel le Lefebure a reçu la médaille d'argent au concours Lépine des inventeurs en 1964.
Il a ensuite appliqué cette découverte à l'oreille et a conçu le Synchrophone qui devint plus tard l'alternophone, un dispositif d'activation cérébrale, et a écrit "Activation du cerveau à l'audition alternative". Il a reçu la médaille d'or et le premier prix du concours Lépine en 1963 et la Médaille d'Or au Salon International des Inventeurs de Bruxelles en 1964 pour l'action sur le cerveau de l'appareil auditif de remplacement (Alternophonie)[réf. nécessaire].

Mélange phosphénique

En 1963, il eut l'idée d'étudier ce qui arrive quand une personne pense à un sujet particulier pendant la présence du phosphène. Cette idée est à l'origine du principe de "Mixage Phosphénique", une méthode qui se développerait dans la mémoire, l'intelligence, le sens de l'initiative, l'intuition artistique et la créativité par des pensées et des phosphènes mélangés. En novembre 1975, à la Foire des inventeurs à Bruxelles, le Dr Lefebure reçut la Médaille d'Argent pour sa méthode : "Mixage Phosphénique appliquée à l'éducation» qui, en 2004, a été réimprimée pour la 16e fois et vendue plus de cinquante-huit mille exemplaires.
Il pensait que la méthode était fructueuse et très facile à appliquer. Depuis lors, il a employé toute son énergie au perfectionnement de cette technique, qu'il enseigne en l'appliquant à d'autres organes sensoriels.
Tout lecteur suivant l’application de la méthode pour lui même devint un collaborateur (les noms ont toujours été cités au côté de leur découverte). Ainsi, après vingt-neuf années de travail, il réussit à accumuler une documentation considérable et unique.
L'information primordiale souligne le fait que le Phosphénisme aurait pu jouer un rôle dans l'origine des religions. Cela conduit à la publication du livre : "Phosphénisme et l'origine des religions" ("Clairvoyance développement en utilisant le Phosphénisme").
C'est au cours de cette période qu'il croyait avoir résolu la grande énigme de sa jeunesse : d'où venait l'étrange pouvoir de Galip pour l'imposition des mains? En effet, il croyait que les phosphènes pourraient être très facilement transmissibles par télépathie. Les zones zoroastriennes étaient les seuls endroits dans le monde pré-industriel où le pétrole surgissait naturellement du sol. Ainsi, depuis l'aube de la Préhistoire, un groupe d'êtres humains a eu une plus grande aisance matérielle pour la production de feux lumineux et permanents, même s'ils ne pouvaient pas analyser les détails du processus : ils utilisaient la pensée tout en se concentrant sur un feu vif. Sans s'en rendre compte, ils ont pratiqué le Phosphénisme. Cela pourrait expliquer pourquoi dans ce domaine, il y a des individus qui sont censés posséder une connaissance secrète, qui pourrait être expliqué par la magie parce qu'ils ont des dons particuliers produits par la pratique instinctive de Mixage Phosphénique.
Plus tard, l'extension du principe de Mixage Phosphénique à la respiration a amené à écrire "Le pneumophène, ou les techniques de respiration qui ouvrent les portes du monde de l'au-delà".
Une extension similaire à la sensation de mouvement conduit Lefebure à écrire «De la roue à prière à la dynamo spirituelle, ou le dispositif déclencheur du Kundalini». Ce livre, fondé sur des supposées expériences scientifiques, fit briller une lumière nouvelle sur les traditions ésotériques orientales ; il fut suivi en 1988 par le volume II qui décrit de nouvelles applications du Gyrascope. Lefebure a estimé que "grâce au phosphène et aux différents types de Gyrascopes, une porte a été ouverte en « ésotérisme ». Les phénomènes qualifiés d'initiatiques sont finalement ouverts à tous. La force libérée est comme une lave brûlante qui balaye l'humanité."
La réunion avec Daniel Stiennon fut un facteur déterminant pour la diffusion du Phosphénisme. Il créa une association, puis, très rapidement une entreprise qui est maintenant présente dans différents points du monde.
Les travaux de Lefébure peuvent être comparés à des œuvres des plus grands ésotéristes [citation nécessaire]. Après trente ans de conférences et de séminaires partout dans le monde, et plusieurs livres ayant été traduits en plusieurs langues.

Quelques dates dans l'histoire du Phosphénisme

  • 1945: Le Dr Francis Lefebure crée l'association "Homosophie - Sagesse des similitudes", qui est devenue peu de temps après l'association "Phosphénisme".
  • 1959: La première découverte du Dr Lefebure sur les phosphènes, et la sortie de son premier livre sur le Phosphénisme.
  • 1960: Vérification des découvertes du Dr Lefebure par le CNRS, de l'Institut national des sports de laboratoire et l'hôpital Henri Roussel, Paris.
  • 1963: Première médaille d'or et le Prix à la "Lépine" du concours. Source: http://www.concours-lepine.com/detail-concours/63/ . Le gagnant n'est pas celui indiqué par l'article.
  • 1967: Envoi de télégrammes et de lettres au Vatican et à sa Sainteté Paul VI, révélant l'explication scientifique des «phénomènes» qui ont eu lieu à Fatima, au Portugal. Après ces révélations qui ont «perturbé» le pape, l’Église a renoncé à la reconnaissance des "prodiges solaires" comme des miracles spécifiquement catholiques. Il s'agit d'une reconnaissance implicite des découvertes du Dr Lefebure.
  • 1967: Premières photos de phosphènes, réalisées par Louis Cuttica. Plus d'une centaine de ces photographies ont été prises soi-disant.
  • 1969: Les services secrets de plusieurs pays, dont la France, ont pris un intérêt dans les découvertes de M. Lefebure de [citation nécessaire].
  • 1974: Publication de "Phosphénisme, nouvelle explication de l'origine des religions".
  • 1975-1982: Série de conférences en Allemagne, en Angleterre, le Portugal, l'île de la Réunion, Québec (Canada) et dans certaines parties de l'Afrique.
  • 1981: Première réunion de Daniel Stiennon et le Dr Lefebure.
  • 1981: Après avoir décrit quelque chose qui s'appelle "la fonction de rotation du cerveau", le Dr Lefebure a créé le "Gyrascope".
  • 1986: Création de la société "Éditions Phosphénisme" par Daniel Stiennon.
  • 1996: "Mixage Phosphénique appliqué à l'éducation" atteint sa 14e édition et a vendu plus de 56 000 exemplaires.
  • 1997: Création de plusieurs sites Web sur l'Internet en trois langues (français, espagnol et anglais).
  • 1999: Ouverture du Centre de recherche Phosphénologique dans le département français du Gard.
  • 2001: E-books éditions de livres disponibles sur l'Internet le Dr Lefebure.

Réalisations et prix

  • Ancien Externe des Hôpitaux de Paris, France
  • Ancien médecin aux services de santé scolaire
  • Ancien professeur de la science et les mathématiques.
  • Médaille d'or * et le prix à la "Lépine" Concours, 1963
  • Médaille d'argent * à la "Lépine" Concours, 1964
  • Médaille d'or à l'Exposition internationale de l'inventeur, 1964
  • Médaille de vermeil à l'Exposition internationale de l'inventeur, 1967
  • Médaille d'Argent * à l'Exposition internationale de l'inventeur, Bruxelles, 1975, pour sa méthode "Mixage Phosphénique à l'éducation».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire