dimanche 18 mai 2014

Priorité à l’intelligence collective pour accélérer l’innovation

LE CERCLE. Les entreprises sont condamnées à innover : l’innovation est le meilleur moyen pour opérer une croissance durable et profitable au XXIe siècle. Les nouvelles technologies sont disruptives et forcent les entreprises à innover, sous peine de s’enliser, voire disparaitre.

C’est par l’alliance entre la maîtrise technologique et l’observation des besoins clients qu’émerge l’innovation. Les sociétés qui innovent le plus sont celles qui se recentrent sur l’usager. En découlent de nouvelles façons de penser, comme le design thinking, une approche pluridisciplinaire centrée sur l’humain, définie il y a bien longtemps, mais qui mériterait d’être généralisée aujourd’hui.
Accélérateur d’innovation et co-construction
L’intelligence collective doit être priorisée. L’idée est de provoquer des synergies en dehors de l’entreprise en créant, par exemple, une entité menant des collaborations actives entre grands groupes, PME et start-ups, entre entreprises, monde académique et collectivités locales, entre secteurs de l’industrie et du service…
Le but est de décloisonner l’entreprise, de susciter des rencontres et des échanges, de faire interagir ces différents acteurs. En travaillant en open source, c’est-à-dire en s’ouvrant à son écosystème, l’entreprise va ainsi accélérer l’émergence de l’innovation.
Il existe au sein des entreprises, et en Europe des compétences vives et une créativité forte qui ne demandent qu’à s’exprimer. Ce sont elles qui fondent la compétitivité et la croissance de demain. Il est donc indispensable de relier les connaissances des personnes et de créer une enveloppe culturelle commune au niveau de l’écosystème économique (grands groupes, start-ups PME). La co-construction est nécessaire pour développer cette intelligence collective, propice à l’émergence de l’innovation.
Intrapreneuriat et intelligence collective
Le "Think out of the box" doit se faire aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’entreprise. L’intrapreunariat, en s’appuyant sur une culture commune, reconnue et partagée, est tout aussi essentiel et prioritaire pour quiconque souhaite développer de nouveaux business.
L’alliance entre une organisation, des processus et des valeurs, et enfin des comportements, autour d’une vision partagée engendre cette culture de l’innovation. Et cette alliance, centrée autour de l’humain, va bouleverser les schémas classiques de leadership, mais aussi de considération de ce capital humain, devant être reconnu comme générateur de valeur ajoutée pour l’entreprise.
Les Managers Inspiring : recréer des idoles dans l’entreprise ?
Il faut tout de même rappeler que les bouleversements économiques et sociaux dans lesquels nous sommes plongés depuis 2008 sont complexes et appellent une profonde métamorphose des entreprises, mais aussi des femmes et des hommes qui y travaillent.
Si cette métamorphose est aussi une question de survie, elle appelle l’implication de tous, à la recherche de modèles d’organisation innovants et le retour à des axes managériaux très simples et recentrés sur la connaissance de soi.
On voit de plus en plus apparaître dans les politiques managériales notamment du côté des États-Unis des Managers Inspiring, qui sont "des managers porteurs de sens", qui partagent leur passion. Aussi, pour faire émerger l’innovation, faut-il développer de nouveaux modèles d’organisation. N’avons-nous pas besoin, finalement, de récréer aussi des idoles au sein de l’entreprise ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire