dimanche 11 mars 2012

Fusillades de 2012 en Midi-Pyrénées

Les fusillades de 2012 en Midi-Pyrénées sont une série d'assassinats touchant des militaires français, puis des civils, un adulte et trois enfants, aux abords et dans une école juive, qui se sont déroulés en mars 2012. Le parquet antiterroriste de Paris s'est saisi des affaires et a ouvert trois enquêtes « pour des faits qualifiés d’assassinat et tentatives d’assassinat en lien avec une entreprise terroriste », d'après le procureur de Paris1.

Le procédé employé lors de chaque meurtre est identique : un homme casqué, en scooter, tue ses victimes avec un pistolet Colt 452 de calibre 11,43 mm (calibre .45) et un pistolet mitrailleur de type Mini-Uzi calibre 9 mm3. L’analyse balistique a montré que l’une des armes du crime était la même dans les trois fusillades4.

Le modèle de scooter du tireur, un Yamaha TMAX, d’après les témoignages5.

Le 11 mars 2012, à 16 h 106, le maréchal des logis-chef Imad Ibn-Ziaten du 1er régiment du train parachutiste est abattu d'une seule balle dans la tête sur un parking situé devant le gymnase du Château de l'Hers dans le quartier de Montaudran au sud-est de Toulouse, avec une arme de calibre 11,43 mm (calibre .45). Le militaire a préalablement été contacté par le tueur à la suite d'une annonce pour la vente d’une moto sur le site leboncoin.fr ; il est abattu lors du rendez-vous fixé pour la transaction7. Des témoins aperçoivent l'assassin qui s'enfuit en scooter.

Le 15 mars 2012, à 14 h 103, deux militaires, Abel Chennouf, âgé de 24 ans, et Muhammad Legouad, âgé de 28 ans, sont tués et un troisième, Loïc Liber, âgé de 28 ans, est grièvement blessé, alors qu'ils retiraient de l'argent à un DAB situé à proximité de la caserne où ils étaient cantonnés à Montauban8. Leur assassin est arrivé en scooter, a fermement écarté une personne âgée et a tiré dans la tête et dans dans le dos des victimes, prenant le temps d'achever l'une d'elle à terre. Les enquêteurs retrouvent sur place 13 douilles de calibre 11,43 mm (calibre .45) similaires aux munitions utilisées lors du premier meurtre3. Le tireur a pris la fuite en scooter. Durant son méfait, il perd un chargeur qui a roulé sous une camionnette garée à proximité. Les trois militaires sont des engagés du 17e régiment du génie parachutiste.3.

La piste de la motivation raciste est évoquée : les deux tués sont d’origine maghrébine et le blessé est antillais9,10.

Une fusillade au collège-lycée juif Ozar Hatorah situé rue Jules-Dalou dans le quartier de La Roseraie au nord-est de Toulouse a lieu le 19 mars 2012 vers 8 h.

Un homme qui selon des témoignages remis en question porte une caméra sanglée sur la poitrine11 arrive devant l'école à bord d'un scooter, un Yamaha TMAX.12. Il descend de son véhicule et ouvre immédiatement le feu en direction de la cour d'école. La première victime est un rabbin et professeur de l'école Jonathan Sandler qui est abattu en dehors de l'école alors qu'il essaye de protéger ses deux jeunes fils , Gabriel 3 ans et Aryeh 6 ans du tueur. Les caméras de vidéosurveillance montrent que le tueur assassine l'un des enfants alors qu'il rampe à terre au côté des corps de son père et de son frère. Il rentre alors dans le cour d'école et poursuit Myriam Monsonégo, la fille du directeur de l’école Yaakov Monsonégo, âgée de huit ans, l’attrape par les cheveux et pointe son pistolet qui s'enraille à ce moment d'après les caméras de surveillance. L'assassin change alors d'arme, passant de ce que la police identifie comme un pistolet 9 mm à un de calibre 11,43 mm et tire dans la tempe de la fillette à bout portant. Il s'enfuit ensuite en scooter13. Durant l'attaque, le tueur blesse également un jeune homme de 17 ans.

Les corps des quatre victimes sont transportés mardi soir, 20 mars, à Roissy, où ils sont salués par le président Sarkozy, puis à Jérusalem, au cimetière Har Hamenouhot14 de Givat Shaul. Ils y sont inhumés mercredi matin, 21 mars, en présence d'Alain Juppé, ministre des Affaires Étrangères.

En France, Claude Guéant, le ministre de l’Intérieur, évoque un « attentat horrible »15. Le président de la République française, Nicolas Sarkozy, le Premier ministre François Fillon, ainsi que le candidat socialiste à l’élection présidentielle, François Hollande, se rendent à Toulouse pour s’y exprimer16.

L’ambassadeur d’Israël en France, Yossi Gal, se rend sur place. Benyamin Netanyahou, le premier ministre israélien dénonce un « meurtre odieux de Juifs17 ». Richard Prasquier, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), y voit « à titre personnel » la piste de « l’islamisme radical »18. Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) s'est déclaré « horrifié » par ce crime et a exprimé « toute sa solidarité, et celle des musulmans de France, à l'ensemble de la communauté juive »19.

Nicolas Sarkozy, ainsi que François Hollande, annulent leurs passages télévisés (prévus dans le cadre de la campagne pour les élections présidentielles) du 19 mars au soir. Un meeting à Rennes est aussi annulé par le candidat socialiste20. À la demande de Marine Le Pen, une émission devant lui être consacrée et réunissant en débat Eva Joly et Arnaud Montebourg est également annulée21. Après avoir participé à une cérémonie en hommage aux victimes en fin d'après-midi, François Bayrou a maintenu son meeting à Grenoble dans la soirée du 19 mars en supprimant la musique et en demandant aux militants de ne pas brandir d'affiches22. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel annonce qu'il ne décomptera pas les temps des déclarations des candidats sur la fusillade de Toulouse23.

Le jour même, le plan Vigipirate est relevé au niveau écarlate, qui est le niveau maximal, dans la région Midi-Pyrénées et les départements limitrophes de l'Aude et du Lot-et-Garonne. Le plan atteint ce niveau pour la première fois depuis la mise en place du code couleur instauré en 200324,25. Le niveau d'alerte du plan était maintenu au rouge depuis les attentats du 7 juillet 2005 à Londres24.

Une minute de silence a également été respectée dans tous les établissements scolaires de France le 20 mars 2012 à 11 h à la demande de Nicolas Sarkozy, président de la République.

Outre l’émotion suscitée en France, la tuerie dans l'école juive fait l’objet d’une large couverture internationale26 : le Vatican, les États-Unis, le Congrès juif mondial, l'Autorité palestinienne27 ont fait part de communiqués condamnant l’ignominie de l’attaque.

Le 19 mars, le département de la police de New York (NYPD) a déployé des policiers aux abords des synagogues et des institutions juives de la ville de New York suite à la fusillade de Toulouse. Raymond Kelly, commissaire du NYPD, déclare qu'ils craignent un effet copycat28.

Au cours d'une réunion sur la jeunesse palestinienne à Bruxelles, Catherine Ashton, Haut Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a évoqué à ce propos un certain nombre d'événements, dont les attentats de 2011 en Norvège, la guerre civile en Syrie et la situation des enfants de Gaza29. Avigdor Lieberman, ministre israélien des Affaires étrangères, a critiqué « le parallèle dressé par la chef de la diplomatie de l'Union Européenne Catherine Ashton entre l'assassinat hier de trois enfants et leur professeur dans une école juive de France et les jeunes de Gaza ». Pour Ehud Barak, ministre israélien de la Défense, cette comparaison est scandaleuse et infondée, ajoutant que l'« armée israélienne agit à Gaza avec grand soin et précision afin de protéger la vie des innocents »30. Michael Mann, porte-parole de la chef de la diplomatie de l'Union européenne, a démenti qu'elle ait établi un parallèle entre les différentes situations et a déclaré qu'elle se référait aux tragédies que connaissent les enfants dans le monde30,31.

Le Pakistan « condamne fermement le meurtre d’innocents civils » le 21 mars et adresse des condoléances aux familles32. La presse pakistanaise réagit notamment au fait que le meurtrier ait été potentiellement formé au Waziristan, dans les régions tribales du Pakistan33.

Les services de la police scientifique ont annoncé que la même arme34 a été utilisée au cours des trois épisodes de la vague d’assassinats.

Plusieurs pistes peuvent être envisagées pour expliquer ces meurtres. Parmi les hypothèses citées, citons celles du terrorisme intérieur ou extérieur, d'un déséquilibré ou d'un « loup solitaire » du même genre qu'Anders Behring Breivik35. Les trois anciens militaires liés à des mouvements néonazis et qui furent exclus du 17e RGP en 200836 ont été mis hors de cause37.

François Molins, le procureur de la République de Paris, a déclaré qu'il n'avait pas la certitude que l'auteur des fusillades de Toulouse et Montauban portait une caméra, comme l'avaient indiqué des témoins. Il a simplement évoqué une « sorte de bandeau qu'il a sur le torse ».38

Le mercredi 21 mars, vers 3 h 15, le RAID intervient pour interpeller Mohammed Merah, un Français issu d'une famille algérienne âgé de 23 ans39, dans le quartier toulousain de la Côte Pavée, au 17 rue du sergent Vigné, suite à des recoupements effectués grâce à l'adresse IP de l'ordinateur de son frère et à son scooter40. Des tirs sont échangés et plusieurs policiers blessés40. Des membres de sa famille ont également été arrêtés41. Sa mère, habitant dans le quartier du Mirail, amenée sur les lieux, refuse toute discussion avec son fils, précisant qu'elle n'aurait pas de prise sur lui42.

Merah se revendique d'Al-Qaida et se serait rendu en Afghanistan et dans les régions tribales du Pakistan. Il invoque notamment la mort d'enfants palestiniens dans le conflit israélo-palestinien et la volonté de « s'en prendre à l'armée française » pour justifier son acte 43. Cependant, Salam Fayyad, premier ministre de l’Autorité Palestinienne, condamne le dernier attentat et rejette le « terrorisme au nom de la Palestine »44.

  1. Toulouse et Montauban : le parquet antiterroriste se saisit des enquêtes [archive] sur leparisien.fr, 19 mars 2012. Consulté le 20 mars 2012
  2. La traque policière du tueur s'intensifie [archive] sur lenouvelobs.fr. Consulté le 20 mars 2012
  3. a, b, c et d Montauban-Toulouse. Trois exécutions, une même arme [archive] sur LaDépêche.fr, 17 mars 2012. Consulté le 17 mars 2012
  4. La même arme a été utilisée à Toulouse et à Montauban [archive] sur Le Nouvelobs.fr, 19 mars 2012
  5. Militaires tués : Le point sur l’enquête [archive] sur 20minutes.fr, 16 mars 2012. Consulté le 16 mars 2012
  6. Toulouse et Montauban : un tueur calculateur qui connaît les armes sur lavoixdunord.fr [archive]
  7. Montaudran. Le militaire tué d'une seule balle, d'après l'autopsie [archive] sur La Dépêche. Consulté le 21 mars 2012
  8. Militaires abattus à Montauban : "Je voyais les flammes sortir du canon" [archive]. Consulté le 20 mars 2012
  9. Militaires tués à Montauban et Toulouse : quelles sont les hypothèses ? [archive] sur Slate.fr, 16 mars 2012. Consulté le 16 mars 2012
  10. Une première piste dans l’enquête de Toulouse [archive] sur LePoint.fr, 19 mars 2012. Consulté le 19 mars 2012
  11. Le tueur vu une petite caméra sanglée sur la poitrine [archive] sur 20 minutes, 20 mars 2012. Consulté le 20 mars 2012
  12. Hartley-Parkinson, Richard : Toulouse shooting: 4 dead and several injured by gunman at French Jewish school [archive] (March 19, 2012). Consulté le March 19, 2012.
  13. (en) Toulouse shooting: heartbreaking detail of attack that shocked France and Israel [archive], The Telegraph. Consulté le 20 March 2012
  14. Voir, Toulouse Victims Buried in Israel. The New York Times, March 21, 2012. [archive]
  15. En direct. Tuerie de Toulouse : une minute de silence dans toutes les écoles [archive] sur Le Parisien, 19 mars 2012. Consulté le 19 mars 2012
  16. Sarkozy et Hollande à la cérémonie à la mémoire des victimes de Toulouse lundi soir à Paris [archive] sur francetv.fr, 19 mars 2012
  17. Après la fusillade, Netanyahu condamne un « meurtre odieux de Juifs » [archive] sur libération.fr, 19 mars 2012. Consulté le 21 mars 2012
  18. Tuerie de Toulouse : le président du Crif exclut un lien avec « le contexte actuel » [archive] sur religion.blog.lemonde.fr. Consulté le 19 mars 2012
  19. Fusillade: le CFCM "horrifié" [archive] sur lefigaro.fr, 19 mars 2012
  20. Tuerie: le meeting Royal-Hollande reporté [archive], Lefigaro.fr, 19 mars 2012
  21. Tuerie de Toulouse : la campagne entre parenthèses [archive] sur lanouvellerepublique.fr, 19 mars 2012
  22. Pierre Jaxel-Truer, « Le contre-"discours de Grenoble" de François Bayrou [archive] » sur Le Monde, 20 mars 2012
  23. Thomas Vampouille, « La campagne électorale resurgit malgré la trêve [archive] » sur Le Figaro, 20 mars 2012
  24. a et b Vigipirate écarlate, activé pour la première fois en France [archive] sur Tribune de Genève, 19 mars 2012
  25. Toulouse : plan Vigipirate écarlate en Midi-Pyrénées [archive] sur europe1.fr, 19 mars 2012
  26. Toulouse à la Une (presse française et mondiale) [archive] sur arretsurimages.net. Consulté le 20 mars 2012
  27. Charentelibre.fr [archive]
  28. Horror alert in Gotham, NY reacts to slaughter at France Jewish school [archive] sur nypost.com, 20 mars 2012
  29. Fusillade de Toulouse : Catherine Ashton fait un parallèle avec Gaza [archive] sur Le Point, 19 mars 2012
  30. a et b Toulouse: Israël critique les propos d'Ashton sur la mort de jeunes à Gaza [archive] sur Romandie. Consulté le 21 mars 2012
  31. Ashton's remarks evoke Israeli ire [archive] sur Irish Times, 20 mars 2012
  32. (en) Pakistan condemns France killings [archive] sur Pakistan Today, le 21 mars 2012.
  33. (en) France shooting suspect says he ‘trained in Waziristan’ [archive] sur Pakistan Today, le 21 mars 2012.
  34. Fusillade de Toulouse : la même arme utilisée dans les trois séries de meurtres à Toulouse et à Montauban [archive] sur Le Point, 19 mars 2012. Consulté le 19 mars 2012
  35. Fusillade de Toulouse: Midi-Pyrénées en alerte écarlate [Le point à 19h30 [archive]] sur Slate [archive]. Consulté le 20 mars 2012
  36. La piste de trois militaires néonazis exclus du 17e RGP [archive]. Consulté le 20 mars 2012
  37. Tuerie de Toulouse : les ex-paras radiés pour néo-nazisme "hors de cause" [archive] sur TF1. Consulté le 20 mars 2012
  38. Actualité Le "tueur à scooter" susceptible de repasser à l'acte, aucune piste abandonnée [archive]. Consulté le 20 mars 2012
  39. http://www.rtl.be/info/monde/france/865164/tuerie-toulouse-voici-le-portrait-du-suspect [archive]
  40. a et b EN DIRECT. Toulouse : le suspect, cerné, pourrait se rendre dans l'après-midi [archive] sur Le Parisien. Consulté le 21 mars 2012
  41. Interview de Claude Guéant sur BMFTV
  42. L'Express.fr, « EN DIRECT. Toulouse: le tireur au scooter toujours cerné par le Raid [archive] » sur L'Express.fr. Consulté le 21 mars 2012
  43. http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120321.OBS4237/en-direct-toulouse-l-operation-du-raid-toujours-en-cours.html [archive]
  44. Opération du Raid à Toulouse [archive], 20 minutes, 21 mars 2012.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire