mardi 13 mars 2012

Les Suisses refusent deux semaines de vacances supplémentaires

Passer de quatre à six semaines de congés payés annuels : cette proposition de l'organisation syndicale Travail.Suisse a été très largement rejetée, dimanche, par les Suisses lors d'un vote à l'échelle fédérale. Les électeurs ont voté contre à près de 67 %, et la proposition n'a pas recueilli la majorité des voix dans un seul canton.

Travail.Suisse avait lancé cette initiative pour répondre à la problématique du stress au travail, dont souffrent un tiers des actifs en Suisse selon l'organisation. Elle estime également qu'il est temps que les travailleurs récoltent les fruits de la hausse de la productivité, qui a bondi de 20 % entre 1992 et 2007, tandis que les salaires réels n'ont progressé que de 4,3 % dans le même temps. "Nous sommes un peu déçus, mais fiers d'avoir thématisé la question de la surcharge de travail", a déclaré dimanche Martin Flügel à La Tribune de Genève.

PAS LE PREMIER REJET

Le patronat suisse, Economiesuisse, s'était en revanche opposé au projet, citant en contre-exemple la France. Avec leurs 35 heures par semaine, "les Français ont nettement plus de temps libre que les Suisses, et cela n'a pas apporté grand chose" au pays, indiquait l'organisation patronale avant le vote. Et d'ajouter qu'en France, "le taux de chômage est élevé, l'économie est affaiblie et les Français se font porter pâle deux fois plus souvent [8,5 jours] que les Suisses".

Ce n'est pas la première fois que les électeurs suisses rejettent une augmentation de leurs congés. En 1985, une proposition de porter le nombre de semaines de vacances de quatre à cinq avait déjà été refusée, et d'autres intiatives proposant d'abaisser la durée légale hebdomadaire du travail ont également été repoussées.

La législation suisse prévoit un temps de travail très supérieur à la moyenne européenne. Outre les 20 jours annuels légaux de congés, les salariés suisses bénéficient de huit à neuf jours fériés, en fonction des cantons. La durée hebdomadaire du travail varie en fonction des secteurs, mais le maximum oscille entre 45 ou 50 heures par semaine, et les Suisses travaillent en moyenne 41 heures par semaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire