vendredi 2 mai 2014

L’économie collaborative n’est plus une niche

Créé le 16/04/2014 à 16h43 -- Mis à jour le 02/05/2014 à 13h13

CONSOMMATION - La première semaine de l’économie collaborative se déroule en France du 1er au 7 mai…

Partage, échange, troc, location, l’économie collaborative est en train de passer du système D quotidien à une nouvelle donne économique. Si le concept ne vous dit rien encore, les noms de PAPAirbnbBlablacarKisskissBankbank, principaux acteurs de cette économie éclose pendant la crise, vous parlent certainement plus.
Cette économie collaborative pèserait 3,5 milliards de dollars en 2013, selon le magazine Forbes, de quoi se présenter comme une alternative au capitalisme, qui rédéfinit nos façons de produire, de consommer et d’échanger et transforme les consommateurs en acteurs de leur environnement.
Preuve supplémentaire de ce succès: la première semaine de l’économie collaborative commencera le 1er mai à Paris, à l’initiative du collectif Ouishare, un laboratoire d’idées autour de ce secteur de partage citoyen. Au cours de cette semaine aura lieu le festival Ouishare Fest, du 5 au 7 mai à Paris, un rassemblement international des acteurs du milieu collaboratif. Seront remis à cette occasion les OuiShare Awards valorisant et récompensant les cinq meilleurs projets innovants.

Des entrepreneurs innovants, imités par les grands groupes

Echange de logements de courte durée entre particuliers, prêts de voitures, ou désormais de bateaux, partage de connaissances en ligne, ou financement participatif passant outre les banques (crowdfunding), sont ainsi autant de domaines touchés par ces entrepreneurs défendant les nouvelles valeurs de l’économie. Auxquels s’ajoutent les jardins partagés, le coachsurfing(hébergement gratuit «sur le canapé» de l’habitant) ou encore le coworking(partage d’espace de travail).
Les acteurs du secteur défendent l’idée suivante: à la faveur de la généralisation de l’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux en mobilité, poussés par la recherche d’économies ou de compléments de revenus dans un contexte de baisse du pouvoir d’achat, les citoyens bâtissent les bases d’une alternative au consumérisme qui commence à avoir un impact sur l’économie. Et les grandes entreprises se tournent logiquement vers cette activité. En témoigne les partenaires de l’événement, Google, Danone, Castorama, La Poste ou encore Orange qui se cherchent, eux aussi, un modèle collaboratif.

La France est en avance

D’autant que la France avance vite. 77 % des Français* déclarent avoir déjà acheté ou loué des biens auprès de particuliers sur Internet. 74 % considèrent que l’économie collaborative est réellement avantageuse en matière de pouvoir d’achat et qu’elle véhicule «l’image d’un système économique de proximité» (72 %).
«La France est le premier pays d’échange de maisons et Leboncoin.fr est le deuxième site le plus consulté par les Français derrière Facebook», raconte Antonin Léonard, co-fondateur de Ouishare. «L’économie collaborative est une dynamique à la croisée de l’innovation sociale et technologique. L’appel à projets l’an passé de Fleur Pellerin Fab Labs 2013 a permis de sélectionner 14 lieux de création collaborative qui vont monter en puissance dans les années à venir», affirmait-il en février sur le site wedemain.fr.
L'économie du partage est aussi au coeur du documentaire «Global partage» le 13 mai sur Canal+. L'occasion de suivre les pratiques de ces adeptes d'un modèle résolument «connecté» à Paris, San Francisco, Seattle ou Barcelone.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire